Pr Shanda Tonme, Président MPDR et Médiateur Universel

Cameroun - MPDR : Honte aux Ambazoniens non déclarés de la Fécafoot

Dans ses prérogatives d'accompagner le Gouvernement et d'aider à éclairer la société à se munir d'un regain de cohésion et d'un flux constant de patriotisme, le Médiateur Universel et Président du MPDR ((Mouvement Populaire pour le Dialogue et la Réconciliation), Jean-Claude SHANDA TONME, s'est une fois de plus illistré dans une déclaration ce 05 février 2021. Cette missive aux relens républicains, converge de manière implicite à mettre un accent sur les récents développements de l’Affaire FECAFOOT (Fédération Camerounaise de Football).

Il est à noter que le Championnat Camerounais connait quelques irrégularités du fait de la mésentente entre la FECAFOOT et la LFPC (Ligue de Football Professionnel du Cameroun). Nombreux sont ceux qui ont fait fi de cette union, malgré l'intervention du TAS (Tribunal Arbitral du Sport) et même de la FIFA (Fédéréation Internationale de Football Association). Ce corpus de déboires et de mésentente a ainsi créé une scission qui mettra en berne les championnats locaux et des inter-clubs. Le Cameroun étant en plein CHAN (Championnat d'Afrique des Nations) qu'il organise en ce moment (du 16 janvier au 07 févier 2021), le Médiateur Universel à sans nul doute exploré ce pan afin d'éclairer la lanterne de ses concitoyens.

"Il existe les vrais ambazoniens à visage et aux pratiques établis qui posent les bombes, détruisent tout, et menacent la quiétude et le moral des populations.Il existe aussi les autres, des ambazoniens furtifs ou par procuration, des seigneurs des troubles et des assoiffés de pouvoir.

Voyons, quand quelqu’un vous veut du mal, cherche à vous salir, ambitionne de faire échouer votre fête pour porter atteinte à votre crédibilité, il choisi le moment où vous recevez des étrangers, pour orchestrer le désordre dans votre cour, tambouriner sur votre porte et ameuter la foule. Les méchants, les haineux et tous les jaloux, jouent à ce jeu, dans la famille comme partout.

Et nous voici, témoins de ces gens sans foi ni loi ni conscience nationale, prêts à sacrifier la dignité, l’honneur et la belle image de notre pays, pour s’accaparer les pouvoirs, privilèges et prérogatives de la Fédération camerounaise de football, avec tout un sénateur devant".  A-t-il commencé.

Face à ce dilemme incessant, le Chef de l'Etat S.E. Paul BIYA a à cet effet prescrit de nouvelles directives pour une reprise effective du championnat. Le Professeur SHANDA TONME dans cette déclaration, soumet et démet sans conteste cette assertion tout en prônant une meilleure gestion de la cité.  Ses propos, sans fustiger ni montrer un doigt accusateur à un quelconque coupable, démet sans complaisance les éventuels fauteurs de troubles. 

"C’est comme pour dire, que le Cameroun ne compte pas ou plus pour eux, que seul valent la peine, le triomphe de leurs instincts reptiliens et le manifeste de leur quête de prédation. 

Nous saurons déjouer tous ces plans, et nous saurons contenir, ceux et celles, ouvertement ou secrètement, qui s’adonnent à ces jeux de trahison des hauts intérêts nationaux de notre pays. J’entends dire tout du gouvernement, de ses ministres, et que n’a-t-on pas dit et semé contre le chef de l’Etat ?

Il y a bien un Etat, une autorité régalienne, et des privilèges de sanction publique. Ceux qui l’ignorent, apprendront toujours après coup, mais toujours de façon suffisamment grave pour ne pas recommencer. Le ministre de l’administration territoriale, qu’on l’aime ou qu’on le déteste,a fait vibrer et prévaloir le pouvoir, le seul qui compte, celui qui se conjugue par et avec l’autorité de l’Etat, avec l’expression de la plénitude de compétence qu’induit et sans concurrence possible, la souveraineté nationale.

Ces autres ambazoniens qui par la Fecafoot, entendaient attirer sur nous des lumières troubles de désordre, de division et d’incohérence au nom d’une légalité incertaine, débattable et infecte, attendront un autre moment. La discussion en famille est toujours possible et même souhaitable, sauf que certains moments malicieux, ne servent plus la cause du dialogue et de la paix. Vous le saviez, vous le savez, vous l’avez toujours su et vous le savez aujourd’hui mieux qu’hier.

Mais rassurez-vous, le Cameroun restera, et nous au MPDR, nous seront toujours alignés derrière le drapeau, pour demeurer dans l’équipe, qui magnifie, protège et préserve nos emblèmes. Nous le ferons en tendant la main, en tenant les mains, toutes les mains, y compris celles maculées du sang frais, des victimes de leurs bombes directes ou indirectes. Vive le Cameroun. Vive la République Vive le patriotisme réel". Finira t-il. 

Odile Pahai