Crédit Photo : 123rf.com

Cameroun - Litige Foncier : Ange SAMA réclame justice, face à l'abus dont fait face sa famille au nom du chef de l'Etat

La famille SAMA réclame justice à travers l'abus dont elle fait face. En effet, le jeudi 25 février 2021, au lieu dit Ntoungou Golf à Yaoundé, le Maire de la Ville Luc MESSI ATANGANA et quelques agents des forces de l'ordre, dont un officier supérieur de l'armée (pour coordonner les casses) ont été aperçus au quartier Golf dans le but de ramasser les gravats de la destruction de leur demeure, car ce serait le terrain du Chef de l'Etat Paul BIYA. Pour se faire, il se pourrait que les  agents de la mairie de Ville ont eu à détruire manière abusive, selon la famille, le domaine du Père de Ange SAMA. Selon certaines sources, la résidence SAMA qui abrite COMIFAC (Commission des Forêts d' Afrique Centrale) a été cassée, et également la résidence Jean-Claude ASSO.

Ange SAMA dénonce une cabale inexpliquée contre sa famille

"Je suis surpris, d'autant plus que nous sommes là depuis trente cinq années sur ce terrain, et que ce terrain a été donné à ma famille, parce-que c'est ma famille qui occupe ce terrain, parce-qu'il faudrait que les gens sachent que je suis de Grand-mère Mvog-Ada et Mvog-Betsi, et quand nous savons que Emma Basile, paix à son âme mon arrière Grand oncle, qui effectivement a donné une parcelle de terrain à la famille donc à mon père et au Chef de l'Etat aussi.

Je suis quand même surpris qu'autant d'années après, pratiquement trente ans qu'on vienne nous dire que c'est le terrain du Chef de l'Etat. On convient effectivement que le terrain du Chef de l'Etrat a eu une part de terrain dessus parce-que c'est une histoire qui remonte à très longtemps. Je me rapple en 1992 même, nous avons avec mes oncles qui sont à la Brique, à recevoir les boeufs etc, pour les remerciements en provenance de la Présidence de la République qui disait ausi merci pour le terrain que nous avons pour notre famille ainsi qu'octroyé au chef de l'Etat. Un matin je reçois une mise en demeure le 06 janvier, mise en demeure dans laquelle le Maire Luc MESSI ATANGANA fait savoir que nous avons empiété un terrain privé.

C'est quand même un peu ma surprise. On nous donne 15 jours pour démolir. Forcément je me dis que c'est une grosse blague qu'on est entrain de faire parce-que même quand vous avez votre locataire, vous êtes bailleur, même s'il vous demande de déménager, vous ne donnez pas 15j ours, vous lui laissez le temps d'emballer ses affaires, de faire tout ça etc puis voir comment il va bouger. Mais là il s'agisait de nous demander de casser la partie qui avait empiétée. Alors je me rends à la Mairie pour essayer de rencontrer le Maire,pas moyen. Je rencontre l'un de ses collaborateurs qui me reçoit fort bien, notamment le 4è adjoint, je lui explique le problème. Ne le connaissant pas, je lui explique un peu le problème et puis sur ce, on fait venir le Commissaire ATEBA MINKOA et j'explique que je ne suis au courant de rien. On fait une signification à mon père, je demande le dossier technique pour voir quelle est la partie que nous avons empitée, de telle sorte qu'on nous a demandé de la détruire, pour qu'on puisse voir qu'est-ce qu'il faut pour détruire cette partie? Justement la partie qui a été empiétée et sur le terrain de qui? A un moment donné je me suis même un peu posée la question, j'ai voulu m'en prendre à mon grand frère Jean-Claude ASSO, parce-qu'on me disait que oui qu'apparemment la partie que nous avons empiétée, c'est avec Jean -Claude ASSO.

On vit là esnsemble et il n'y a pas de problèmes et pourquoi c'est seulement maintenant? Et sans oublier que lui-même estr dans cette situation. Au même moment quand je suis entrain de parler, d'expliquer mon problème, à monsieur le maire qui me demande donc de faire une note, une lettre à la Mairie, en demandant de surseoir afin que nous puissions nous assoir ensemble, pour un état des négociations d'échanges, de discussions, pour voir effectivement ce qu'il y'a lieu de faire; même quand vous voulez casser un mur, ce n'est pas en deux semaines, il y'a eu des investissements qui ont été fait dessus et de longue date à la sueur du front de certaines personnes. Pendant que nous sommes entain de discuter d'échanger, je reçois par mon Whatsapp une lettre parce-que le Maire me demandais d'écrire pour demander de surseoir le temps des négociations, discussion et de mieux comprendre la situation.

C'était le 18, 19 janvier. Au même moment, je reçoit donc un courrier qui a été fait par le Ministre des Forêts et de la Faune qui écrivait donc au maire de la ville en lui demandant de surseoir à cette opération de casse. C'est lui le président en exercice de la COMIFAC. La COMIFAC qui est la Commission des Forêts d'Afrique Centrale. A partir de ce moment là, comme c'est une mission diplomatique qui est une initiative du Chef de l'Etat. A partir de ce moment là ça relève du domaine de la diplomatie. Quand je montre ce courrier à monsieur le Maire, qui me dit ma demande de sursit n'a plus sa valeur dans la mesure où le Ministre, un membre du Gouvernement qui de plus est président en exercice de la COMIFAC, a demandé de surseoir à cet état de choses. Non, on me dit le problème est réglé on va pouvoir en discuter. Nous sommes quand même surpris que du jour au lendemain, qu'on vienne casser et j'apprends en filigrane qu'il y'a eu une réunion qui s'est tenue à la Présidence. Moi je n'y étais pas, je n'ai rien compris à ce qui s'est passé.

Et vu le plan officiel qui nous a été remi et que j'ai eu par la suite, mais il s'agissait tout simplement de 47m² que mon père aurait empiété sur le domaine du Chef de l'Etat. Comprenez bien, 47m². Je tombe complètement des nues et j'estime qu'il y'a de l'abuis de pouvoir et l'utilisation abusive du nom du Chef de l'Etat dans ce qu'on est entrain de faire. Je suis complètement abasoudi et evidemment je ne comprend plus rien. On ne peut pas se lever un matin et détruire toute l'existence de personnes sans qu'il y'ait des préalables. Je ne comprends pas quelle est la manière. Pour l'instnat j'ai rien à dire, je n'étais pas sur le site. Nus voulons d'abord comprendre, même si le Chef de l'Etat pour 47 m², ne peut pas raser 800 m². Je tiens quand même à vous dire que l'une des propositions qui avaient été faites par le responsable du Cadastre était que comme l'ensemble des riverains qui auraient empiétés sur le terrain du Chef de l'Etat, s'élève à peu près à 500 ou 600 m²

. Comme il y'a un terrain vague plus haut, le Cadastre aurait proposé de faire une compensation au Chef de l'Etat et d'occuper plutôt les 500 m² du dessus et ne pas casser les riveraisn. et je pense que le Président de la République ne peut pas accepter qu'on casse soi-disant sur son terrain comme ca les populations. Et puis vous n'avez pas n'importe qui qui était oà, si je peux me permettre ça. C'est des personnes qui ont oeuvrées pour le Cameroun. Vous ne pouvez pas me dire que le Général ASSO n'a pas oeivré pour ce pays, vous ne pouvez pas me dire que Emma Basile n'a pas oeuvré pour ce pays, vous ne pouvez pas me dire que Monsieur SAMA AYISSI Gustave mon feue père n'a pa oeuvré pour ce pays, vous ne pouvez pas dire que moi SAMA Ange je n'ai pas ouvré pour ce pays? Quand je sais que j'ai fais retentir l'hymne national plusieurs fois à l'international.

Nous ne pouvons pas. J'imagine un seul instant j'aurais pu avoir un AVC ça c'est clair. Mais imaginez un seul instant nous qui avons quand même, les familles, parce-que nous faisons partie des familles de Yaoundé. Imaginez chaque fois c'est le combat que nous avaons essayé de mener. D'abord un le premier combat défendre le nom du Chef de l'Etat qui ne se mêle pas dans un certain nombres d'abus, et puis imaginez le combat de ces familles qui ne connaissent personne, qui n'ont personne. Imaginez un peu ceux qui ne connaissent personne, mais ils sont écrasés. Mais c'est contre cette injustisce que nous nous sommes attelés à vouloir appliquer, moi en tant que présidet de la PRESBY. Moi membre actif, responsable du RDPC, nous nous battons pour que les idéaux du Chef de l'Etat soient respectés, soient quand même appliqués. S'il y'a un Colonel qui soit venu je ne le connait pas, qu'il soit mandaté, je ne connais pas qui a a fait ça, mais de toutes les façons il y'a des voies de recours au niveau de la justice, nous allons les employer.

J'ai attendu, j'a demandé des assises qu'on s'entende en gentlemen, qu'on s'asseye et qu'on essaie de voir comment on va faire pour réparer? Mais j'entends certains dire qu'on nous a fait le "Up I". Il n'y a pas de problèmes, vous allez faire le "Up I", c'est vous seuls qui avez le pays, il n'y a pas de problèmes. Que les gens ne soient pas étonnés qu'il y'ait des réactions un peu excéssives; si vous voulez que nous mourrons une fois, on va se donner la mort, c'est aussi simple que ça c'est pas compliqué. Je n'ai plus rien à perdre de la vie et ça je le dis clairement, mais ces abus ne doivent pas êttre perpétrés au nom du Chef de l'Etat ça je refuse. Même s'il y'a eu des réunions ou je ne peux rien assurer du tout, je pense que le Directeur du Cabinet Civil est ok. Je m'en réjouis de voir l'aspect des choses, mais dans les règles de l'art. Mais que dit la loi là dessus?

Je pense que c'est comme ça que le Directeur du Cabinet Civil a dû suivre ce problème, mais je le dit clairement, j'espère que Monsieur le Maire m'entend, il faudrait que concernant ce que Monsieur le Maire a dit à un des diplomates sur place, il faudrait qu'il sache une chose, qu'il ne fasse pas croire aux gens qu'il a été nommé là dessus et qu'il sache qu'il est un élu normalement et qu'il  est fort possible que les mêmes personnes qui l'ont élus, comme il est entrain de casser toutes les maisons, ces même personnes vont se réunir  et il y'aura un conseil d'administration et un conseil régional de mairies extraordinaires. Il peut être débarqué de l'histoire". A répondu Ange SAMA au micro de Dimitri AMBA de Sky One Radio à Yaoundé

Odile Pahai