Le Médiateur Universel et Président du MPDR Jean-Claude SHANDA TONME

Cameroun - Manifeste du Médiateur Universel : Révolution, libération et changement

Ou quand des truands, des frustrés, des ratés et des petits voyous croient réinventer le monde, manipuler les consciences faibles et profiter des souffrances des gens. C’est peut-être de cela qu’il s’agit la plupart du temps, bien que pas tout le temps.

De tout temps et à travers le monde, et que l’on se situe dans les pays dits très développés ou dans ceux dits sous-développés, des citoyennes et des citoyens se sont levés pour appeler à la Révolution, à la libération et au changement. Mais ce n’est pas tant le principe qui pose problème, c’estplutôt la qualité, la probité morale, le statut, les ambitions, l’identité et le passé des promoteurs. Qui sont-ils ? d’où viennent-ils et que veulent-ils réellement ?

Voici arrivé ou annoncé, un simulacre de mouvement de libération du Cameroun, un de plus, un par ici comme hier et avant-hier, d’autres par là-bas, et comme demain ou après-demain, certains autres encore. Tous portent le même discours, s’expriment avec la même arrogance et mettent en exergue les mêmes dénonciations, injures, défis et promesses.

Personne ne discutera ni ne refusera à qui que ce soit d’autre, la liberté de ses émotions, des revendications et de légitimes recommandations pour la gouvernance, le destin et le rayonnement de son pays. Mais chacun doit savoir, garder fermement à l’esprit, que les jeux et les enjeux, s’ils doivent être pris en considération, devraient procéder avec transparence, pragmatisme, honnêteté et loyauté envers le peuple. Les bals masqués animés par de pauvres et piètres individus qui n’ont pas le courage de se dévoiler, ne correspondent pas aux attentes du peuple camerounais. Certes, trop d’argent sale, trop de fortunes insolentes et trop de chefferies mafieuses ont été construites chez nous, profitant de l’extrême tolérance et d’une grave porosité du système.

On comprend raisonnablement, qu’à partir de là, des milices, des écoles d’aventuriers et de rêveurs, soient en mesure de promouvoir des simulacres de mouvements de libération. Nous y sommes même presque, puisqu’enréalisant que la loi du système est plus forte voire trop forte, des individus s’en remettent à la culture de la haine, des fractures et ultimement de la barbarie, de la guerre civile et du sécessionnisme.

NON, NON et NON. Cà ne marchera pas, ne passera pas et ne prospérera pas. S’afficher avec quelques treillis militaires récoltés dans les premiers choix de la friperie et deux ou trois kalachnikovs obtenues des trafiquants, ne sont pas suffisants pour impressionner un Etat doté d’un des meilleurs systèmes sécuritaires du continent avec des forces parmi les mieux entraînés, formés et outillés.

Les vrais « apprentis sorciers » qui jouent à ces jeux comme des gamins de Noël, devraient vite revenir à la raison, et se ranger dans la seule alternative qui compte : Le dialogue, la réconciliation et la paix dans le cadre des institutions républicaines qui existent et fonctionnent.

Nous l’avions dit, et nous le réitérons, ceux qui ont pris les armes contre la République doivent les déposer sans condition ; ceux qui aspirent à le faire ou seraient incités par des fratries mystiques et des supports étrangers à suivre ce chemin, doivent abandonner ; ceux qui les soutiennent, les financent et les trompent doivent se repentir. Le destin du Cameroun, quels que soient les demandes, les souhaits, les ambitions des uns et des autres, ne sera jamais façonné par, dans et avec la violence et le sang.

Le MPDR condamne de la façon la plus dure et la plus sévère, toutes les dérives à l’instar de ce simulacre de Mouvement de libération, dont les promoteurs ont intérêt à se dévoiler publiquement et honnêtement, avant de l’être à coup sûr par nos redoutables et très compétents services de renseignement appropriés, dans les tous prochains jours.

 

SHANDA TONME, Médiateur Universel

Odile Pahai