Cameroun - Injustice : Le SNJC exige la libération de la journaliste Davina Lyse Nguili Ikouma, détenue à la DPJ de Bonanjo

La journaliste Camerounaise Davina Lyse Nguili Ikouma est abusivement détenue au département de la Police Judiciaire de Bonanjo à Douala depuis le samedi 13 mars 2021. Selon les recoupements, elle est accusée pour diffamation et cybercriminalité envers la Directrice Générale de SGC (Société Générale du Cameroun) une banque française,  Marème Mbaye Ndiaye, d'origine Sénégalaise.

Dans la journée du samedi 13 mars 2021, des individus identifiés en tant qu'éléments de la Division de la Police Judiciaire (DPJ) du Littoral sans mandat d'arrêt, ont amené la jeune journaliste en direction de Yaoundé pour Douala. N'ayant été notifiée de quoi que ce soit, Lyse Nguili Ikouma est informée des faits qui lui sont reprochés sur place, de la bouche des policiers qu'une plainte a été déposée contre elle pour pour diffamation.

Cette plainte viendrait de la dénommée Marème Mbaye Ndiaye résidant à Douala, DG d'une banque française, la Société Générale du Cameroun. 

Toutefois, selon les dire de la jeune journaliste, elle n'a pas pu réaliser ce qui se passait car cette interpellation a été rapide et brusque et elle n'a pu avertir sa famille à temps. Sa mère vivant à Ngaoundéré et son père bien qu'installé à Yaoundé, était à l'enterrement de sa grand-mère et n'ont réellement pu intervenir. Il a fallu que son oncle résidant à Douala puisse venir la soutenir.

Elle avoue par la suite qu'elle a eu à collaborer avec un certain Jean-Pierre Samedjeu pour le compte d'une web TV et non du site qui l'incrimine. S'étant séparé de son ancien employeur car il lui devait des arriérés de deux mois de salaire impayés, c'est avec stupéfaction que la journaliste se voit interpellée pour un article diffamatoire pour le site en ligne "Kwat de l'Info diapo".

Lyse Nguili Ikouma affirme que lors de la diffusion de cet article, elle ne travaillais pas encore avec Mr Jean-Pierre Samedjeu et insiste sur le fait que son travail était purement et simplement journalistique. La journaliste a dit avoir travaillé pour "Styvy Online TV",  ou le site "Styvymedias.com" et ce dans un cadre purement professionnel.

Le dénommé Jean-Pierre Samedjeu, propriétaire de tous ces médias, n'a pas hésité à utiliser le CV qu'elle qu'elle lui avait remi lors de leur premier entretien pour le placarder dans les informations liées au site en ligne  "Kwat de l'Info diapo". C'est sur cette base que les enquêteurs s'en sont pris à la jeune femme.

Jean-Pierre Samedjeu quant à lui reste introuvable et a sans doute voulu utiliser l'identité de cette dernière pour faire la sale besogne en ligne et dans les réseaux sociaux. Cet acte se qualifierait d'abusif face à de telles accusations.

Pour l'instant la jeune jourbnaliste reste détenue dans les géôles de la DPJ de Douala Bonanjoavec une accusation qui lui est servi sans avoir pu la consulter et voit par la suite la disparition de son avocat qui n'a plus fait signe de vie quelques jours après son interpellation.

Le SNJC ( le Syndicat National des Journalistes du Cameroun), s'est en effet saisi de l'affaire et compter arriver à la libération de cette dernière.

Le Président National du SNJC a d'ailleurs fait un tweet à propos en saisissant le BEN (Bureau Exécutif National) et la section SNJC Littoral pour s'enquérir des faits et procéder à sa libération.

Libérez Davina Lyse Nguili Ikouma!!!

Odile Pahai