Jean-Claude SHANDA TONME, Médiateur Universel, Président du MPDR et de la COMICODI

Cameroun : La COMICODI saisit le MINREX sur les abus des missions consulaires honoraires

Jean-Claude SHANDA TONME, Médiateur Universel et Président de la COMICODI (Commission Indépendante contre la Corruption et la Discrimination) a fait suivre le lundi 07 juin 2021, une note urgente au Minitre des Relations Extérieures du Cameroun, concernant la dénonciation de l’anarchie entretenue par certaines missions consulaires.

L'intégralité de cette lette a été rédigée comme suit :

URGENCE D’UNE ENQUETE INTERMINISTERIELLE

Monsieur le Ministre,

La Commission indépendante contre la corruption et la discrimination vous présente ses compliments, et se fait un devoir pressant, de porter à votre intelligence, les dénonciations nombreuses qui lui sont parvenues sur les pratiques abusives des missions consulaires.

En effet ces institutions tenues par des nationaux camerounais, se livrent dérives ostentatoires constitutives de fraudes, de détournements de derniers publics, de violation grossière et systématique des lois et règlements de la République, ainsi que de violation des conventions et usages diplomatiques.

- Importation et distraction de matériels roulants et de matériaux de construction, des engins, des équipements de toute nature

- Fabrication de plaques CC sans autorisation du MINREX, et apposition sur de nombreux véhicules

- Implication dans des commerces illicites, marchés fictifs, corruptions et distractions de devises.

Sous toutes réserves du résultat des investigations appropriées, certains consulats à l’instar de celui de la république de Corée à Douala, de Russie à Douala et de Pologne à Yaoundé, seraient particulièrement indexés.

Dès lors, nous recommandons une commission d’enquête interministérielle en urgence, associant le MIREX, MINFI, le MINTRANS, la DGSN et le SED. Tous les véhicules abordant une plaque CC devraient faire l’objet d’interpellation et de contrôle dans la circulation, et en cas de non-conformité, la confiscation pure et simple et la dénonciation de l’exéquatur. Dans le même temps, les fabriquant des plaques diplomatiques doivent être rappelés à l’ordre sans délai. Il en va de la crédibilité de notre pays, et de l’assiette fiscale.

Par ailleurs, l’on nous renseigne également que « le Consul honoraire » de Corée de Douala, cité pour plusieurs milliards dans les marchés douteux du COVID, n’aurait reçu aucun exéquatur et fonctionnerait sans doute, dans une parfaite illégalité. Les services du MINREX seraient depuis longtemps informés ? TRES GRAVE.

Hautes et citoyennes considérations./.

SHANDA TONME