Cameroun - MINCOM : Densification de la sensibilisation autour de la vaccination contre le COVID-19

MINISTÈRE DE LA COMMUNICATION

MINISTRY OF COMMUNICATION

COMMUNICATION GOUVERNEMENTALE

Densification de la sensibilisation autour de la vaccination contre le COVID-19

CONFÉRENCE DE PRESSE CONJOINTE MINCOM-MINSANTE

PROPOS INTRODUCTIFDE S.E.M. RENÉ EMMANUEL SADI

MINISTRE DE LA COMMUNICATION PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT

Yaoundé, le 16 Juin 2021

Monsieur le Ministre de la Santé Publique;

Monsieur le Représentant Résident de l’Organisation Mondiale de la Santé;

Monsieur le Secrétaire Général du Ministère de la Communication;

Madame la Présidente du Conseil Scientifique Nationale;

Mesdames et Messieurs les Professionnels des Médias;

Distingués invités;Mesdames et Messieurs;

Je suis particulièrement heureux de vous accueillir ici, dans la Salle Auditorium du Ministère de la Communication, à l’occasion de cette Conférence de Presse, qui va porter sur certains aspects de la riposte nationale contre la pandémie à coronavirus.

Je souhaite une cordialebienvenue au Ministre de la Santé Publique, Monsieur MANAOUDA Malachie, qui a bien voulu se joindre à moi, pour mener cet échange avec la Presse Nationale, et à travers elle, tous nos concitoyens pour qui, cette pandémie demeure une réelle préoccupation.

Monsieur le Ministre de la Santé Publique ;

Mesdames et Messieurs les Professionnels des médias ;

Distingués Invités ;Mesdames, Messieurs ;

Comme vous le savez, dès l’apparition des premiers cas de contamination au coronavirus, courant mars 2020, le Cameroun a conçu et mis en œuvre une riposte nationale contre cette grave pandémie, sous la Très Haute Impulsion du Chef de l’État, Son Excellence Paul BIYA, et la Coordination exécutive de Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

Cette riposte, qui s’est située sur le double plan de la prévention et de la prise en charge médicale des personnes contaminées, avec une prescription rigoureuse de mesures barrières édictées et recommandées conjointement par le Gouvernement de la République et l’Organisation Mondiale de la Santé, a permis dans un premier temps, de contenir l’avancée de la maladie, et de préserver de nombreuses vies au sein de nos populations.

À l’apparition de la seconde vague de contaminations observées au cours du second trimestre de cette année, le Gouvernementde la République a mis en place un dispositif de renforcement des mesures de sensibilisation, de protection de l’espace national et de traitement méthodique des malades atteints par le virus.

Cette réaction, àla fois immédiate et vigoureuse, nous aura permis d’infléchir sensiblement la courbe de contamination et de létalité de la pandémie, qui désormais se situe à un niveau plus que modéré.

En effet, les statistiques puisées àbonne source au Ministère de la SantéPublique, font état àla date du 11 juin 2021, de 80 090 cas confirmés, 77 305 personnes guéries, 1 310 décédés, 1 475 cas actifs, 152 patients pris en charge dont 23 sous oxygène. Le taux de guérison se situait àla même date, à 96%, le taux de létalité à1,6%, le taux de sévérité à 0,7% et le taux d’occupation des lits à 4,8%.

Mais, bien que l’on puisse, dans une certaine mesure, se satisfaire de cette évolution positive de la situation globale au plan national, nous convenons que force doit rester àla vigilance, car, àn’en point douter, la propagation du virus est loin d’être totalement endiguée.

C’est pourquoi, rendu à ce stade, et tirant bénéfice de ce que les recherches menées par des laboratoires de haut niveau à travers le monde, pour la mise au point des différents vaccins s’avèrent concluantes, grâce à l’homologation formelle desdits vaccins, le Gouvernement a pris une option ferme et conséquente, pour une stratégie de vaccination de masse, dans le but de faire éclore dans notre pays, une immunitécollective, capable d’offrir une perspective de résistance idoine à l’ensemble de nos populations.

Cette Orientation, faut-il le souligner, est du reste fortement préconisée et soutenue par les Instances scientifiques habilitées au plan national, en l’occurrence, le Conseil Scientifique pour les Urgences, et le Groupe Technique Consultatif National pour la Vaccination.

Il convient par ailleurs de relever que cette Option gouvernementale concorde avec celle de la plupart des pays du monde qui ont fait le choix du vaccin pour mener à bien leur croisade contre cette redoutable pandémie.

De fait, et de manière générale, il est aujourd’hui clairement établi que la vaccination est, et demeure, l’un des moyens les plus efficaces de prévention, et même de traitement des maladies.

Et, s’agissant du cas précis de la COVID-19 qui nous concerne ici, tous les avis d’experts de divers horizons à travers le monde, soulignent sans équivoque qu’àdate, le vaccin constitue l’unique parade permettant, non seulement de freiner la propagation de cette pandémie, mais aussi, de conférer à terme une immunitécollective aux populations.

C’est ainsi que, fort de cette assurance, de nombreux pays en Europe, en Amérique, en Asie et même en Afrique, ont opté, sans tarder et sans réserve, pour la vaccination de leurs populations; ce qui a aujourd’hui pour résultat, de faire reculer la maladie de manière significative, et de permettre un retour progressif à la vie normale dans chacun de ces pays.

C’est dire que, dans un contexte mondial hautement interdépendant, le Cameroun ne pouvait prendre le risque de se mettre en marge d’une initiative sanitaire communément partagée à l’échelle planétaire, alors même que l’opportunité d’une éradication de la maladie s’offrait enfin àtoutes les nations et à tous les peuples du monde.

Aussi, dans le même élan, le Gouvernementde la Républiquea-t-il engagé, le 12 avril 2021, une Campagne nationale de vaccination contre la pandémie à coronavirus au Cameroun.

Pour ce faire, outre ses moyens propres, notre pays a bénéficiédes facilités offertes par l’initiative COVAX, pilotée sous l’égide de l’OMS à l’échelle multilatérale, et d’autres facilités issues de la coopération bilatérale avec des pays amis. C’est du reste le lieu de redire ici, toute notre gratitude à ces partenaires et pays amis.

Pour autant, alors que les stocks disponibles àce jour sont àmême de couvrir une part importante des besoins en vaccination projetés, on note, avec un certain embarras, une faible évolution du taux de vaccination escompté, due manifestement à une adhésion peu prononcée des populations, sans doute sous l’effet d’une désinformation orchestrée et insidieusement entretenue par quelques acteurs et leaders d’opinion, voire relayéepar des médias conventionnels, et surtout, aggravée par l’influence pernicieuse des réseaux sociaux.

Les opinions de divers ordres qui sous-tendent cet état de choses, développent en effet des thèses à contre-courant des positions scientifiques d’experts de haut niveau et àla notoriétéavérée, tantôt sur l’efficacitédes vaccins quand bien même ils sont homologués, tantôt concernant leurs effets secondaires, que l’on dit systématiques et même préjudiciables à la santé; À tort.

À la vérité, ce que disent la plupart des Hommes de science, et ceux qui sont parmi nous ici vont l’affirmer ou l’infirmer, c’est que, si l’on convient que le vaccin peut engendrer des effets secondaires, ceux-ci ci sont marginaux, relativisant par là même, la nocuitédu vaccin.

Ce qu’il importe aussi de préciser ici, c’est que, quoique volontaire et facultative, la vaccination de tous et de chacun est une nécessité impérieuse, qui interpelle à la fois le devoir de citoyenneté et de responsabilitéde tous.

C’est pourquoi le Gouvernement entend réaffirmer ici, et par ma voix, sa ferme détermination àœuvrer dans cette direction, la seule qui soit aujourd’hui la mieux à même de préserver les populations vivant sur le territoire national, de cette grave maladie qui déstructure nos vécus quotidiens, désorganise nos communautés, et continue de semer dans les familles, angoisse et désolation.

En d’autres termes et de l’avis général, la vaccination contre la maladie à coronavirus représente la seule voie capable de garantir une immunitécollective, et au bout du compte, une victoire certaine contre cette pandémie.

J'en appelle par conséquent à l’engagement des Médias nationaux, toutes obédiences confondues, pour qu’ils apportent leur soutien à la réalisation de cet objectif majeur qui, ànos yeux, et indéniablement, constitue une Grande cause nationale.

Mesdames etMessieurs les professionnels des médias;

Mesdames, Messieurs;

C’est par votre action à la fois individuelle, collective et résolue, que les populations seront davantage sensibilisées à l’intérêt de se faire vacciner contre la maladie à coronavirus, d’abord pour se protéger elles-mêmes et ensuite, pour préserver toute personne avec laquelle elles entrent en contact, de manière à stopper définitivement la propagation de cette maladie.

Pour sa part, le Gouvernementde la République, tel qu’il le fait déjà, ne ménagera aucun effort pour que les doses de vaccinindispensables àla protection individuelle des citoyens, soient provisionnées et mises àla disposition de tous et de chacun, sur la base d’une égalitéd’accès et donc, sans discrimination aucune.

Mesdames, Messieurs;

Au moment de clore mon Propos liminaire, je veux une fois de plus saluer, pour men féliciter, la présence àcette importante Conférence de Presse, du Ministre de la Santé Publique, Monsieur MANOUADA Malachie, qui a bien voulu par ailleurs, ainsi que nous en avons convenu, se faire assister par les éminents experts du Conseil Scientifique, à qui j’adresse également un salut très cordial.

Il va sans dire que, Monsieur le Ministre de la Santé Publique, à qui je vais à présent passer la parole, et ses experts éventuellement, nous apporteront tous les éclairages nécessaires à la bonne compréhension et perception du vaccin, afin, non seulement d’édifier, mais de rassurer chacun d’entre nous, ainsi que tous nos concitoyens, quant au bien-fondé, à l’innocuitéet à l’efficacitédu vaccin.

Je vous remercie devotre bien aimable attention./-

Source : MINCOM