Conseil National de la Communication : Joseph Chebongkeng Kalabubse s'illustre par une régulation responsable et systémique des contenus médiatiques au Cameroun

Récemment installé par le Premier Ministre Chef du Gouvernement Chief Dr Josepeh DION NGUTE, le Président du Conseil National de la Communication (CNC) du Cameroun, Joseph Chebongkeng Kalabubse, ancien journaliste de la CRTV, a présidé ce lundi 05 juillet 2021, la première session de ce nouveau bureau. Il a ainsi siégé en sa 28è session extraordinaire en application des dispositions du décret N°2012/038 du 23 janvier 2012 portant réorganisation du CNC.

Parsemé de diverses irrégularités concernant la profession de journaliste au Cameroun, le CNC qui est l'agent régulateur par définition des relais et contenus médiatiques a ainsi siégé au quartier Golf à Yaoundé, dans une optique de mettre en évidence et de sanctionner les acteurs du non respect de l'éthique et de la déontologie de cette entité inhérente que représente le partage de l'information. 

Ainsi, l'ordre du jour de ces travaux a porté sur de nombreux sujets pendant, dont celui de la nouvelle mandature et l'examen  de trois cas de régulation, qui a notamment  abouti à de nombreuses décisions. Rappelons que le président de la République S.E. Paul BIYA, a signé le 04 juin 2021, un décret nommant le nouveau Président de l’organe de régulation des médias au Cameroun en la personne de Joseph Chebongkeng Kalabubse en remplacement de Peter Essoka.

L'actualité la plus marquante et qui aura momentannément circulé dans les réseaux sociaux est la sanction du journaliste et promoteur de RIS Radio à Yaoundé, Sismondi Barlev Bidjoka, d'un mois de suspension suite à l'affaire Honorable Libii Li Ngue Cabral, Député PCRN. 

En effet le plaignant a saisi le CNC contre l'organe susnommé et son Directeur de Publication, suite à la diffusion, au cours du programme intitulé "l'édito politique" du 26 mai 2021, d'informations non fondées et offensantes de nature à porter atteinte à son honorabilité, le présentant comme adjudicataire des marchés publics dans le cadre du Fonds Spécial de solidarité nationale pour la lutte contre le Coronavirus (Covid-19).

 Après avoir établi la responsabilité de chacune des parties à décidé de suspendre le susnommé de lexercice de la profession de journaliste au Cameroun pour une durée d'un (1) mois.

Deux autres préoccupations ont également eu effet à cette 28è session extraordinaire du CNC.  L'affaire du sénateur Ngouchingue Sylvestre, PDG de CONGELCAM contre le le Directeur de Publication du magazine "Confidences". Le PDG de CONGELCAM a saisit le dossier qui lui a été adressé suite à la plainte impliquant le DP du journal "Confidences" après sa publication dans le numéro 259 paru au cours du mois d'avril 2021, d'un tract préalablement publié par d'autres organes de presse contenant des propos offensants, accusant de ce dernier de s'accaparer de la fortune d'un ancien Ministre de l'Economie et des Finances.

Le verdict est tombé, le CNC a suspendu Emmanuel Nynanssi Nkouya, (DP "Confidences") pour une durée de six (6) mois (ainsi que pour le magazine) de l'exercice de la profession de journaliste au cameroun. 

La dernière articulation s'est penchée sur l'affaire CNC contre la chaîne de télévision privée dénommée "DBS TV", à l'endroit du journaliste Stive Jocelyn Ngos. Le CNC a alors adressé au DP de "DBS TV" (Marc Houessou) et au journaliste en question une sanction de suspendre (de la fonction de journaliste) le dénommé Stive Jocelyn Ngos, pour une durée d'un mois, suite à se propos qui selon le CNC à porté atteinte à l'honorabilité du Chef de l'Etat français et à l'image de la France au cours du programme "DBS matin" du 21 avril 2021.

Odile Pahai