Armée : Honneur et Fidélité : La perfidie intellectuelle de certaines ONG au Cameroun

Même mille et une fois répété, jamais un mensonge ne deviendra une vérité.Certaines personnes, certaines organisations devraient le savoir ; et elles le savent d’une manière plutôt pertinente, parce que s’étant prévalu dans un passé de plus en plus lointain, hélas, d’une autorité morale, d’unenotoriété et d’une légitimité alors difficilement contestables.D’où certainement l’insistance et l’indécrottable persistance qui les caractérise, dans cette lancinante répétition d’inférences cognitives auxquelles l’opinion est soumise et désormais habituée.

C’est en effet à intervalles plus ou moins réguliers que nous sont servis les mêmes allégations à quelques variantes près, les mêmes témoignages orientés dénués de preuves et déversant des tonnes des pires atrocités sur le compte du camp de la légalité.Mais comme pour continuer d’entretenir ce qui resterait de cette illusion d’impartialité à laquelle plus personne ne croit,même chez les spéculateurs de l’humanitaire, voici que sont mis en parallèle les porteurs des armes de la paix et la sécurité qui œuvrent sans relâche au mieux-être de la collectivité nationale, et les spadassins de l’aspiration au martyr qui s’explosent et explosent des vies.

Ce semblant d’équité n’est qu’une entreprisede relations publiques destinée à l’édulcoration de la gravité des sanglants exploits de la mortifère imposture terroriste, afin de lui trouver des justificatifs un tant soit peu plausibles.En réalité, l’effet final recherché dans cette perfidie intellectuelle reste comme de bien entendu, la diabolisation de l’action responsable des pouvoirs publics.

Capitaine de Vaisseau ATONFACK GUEMO, Chef de Division Communication - MINDEF

En suscitant de la sorte un épais brouillard dans les esprits, le pernicieux amalgametend à perturber la lucidité du jugemententre lespreux chevaliers de la République qui protègent et défendent nos populations, autrement dit, nos soldats qui sont prêts à donner leur vie pour que vive la patrie, et les hordes fanatisées d’une idéocratie du bain de sang permanentérigéeen programme de gouvernance, avecl’ambition de confiscation de nos ressources naturelles comme stratégie de développement économique.

A la poudre et l’épée qui nous sont imposées par l’insatiable monstruosité accapareuse, nous devons opposer notre arme la plus légitime et la plus efficace.Il s’agit de la force de notre irréversible volontéde rester uni en tant que peuple du Cameroun. C’est la puissance générée par cette fusion de tempéraments qui nous permet encore aujourd’hui de faire mieux que résister aux assauts multiformes de l’adversité déchainée, mais qui finira bien par rompre le combat devant notre inépuisable ténacité.

Dans cette heureuse perspective déjà en voie de matérialisation, en dépit du sang des nôtres qui continue de couler, le lien Armée-Nation mérite au plus haut point d’être entretenu, consolidé, explicité et voire sublimé par chacun d’entre nous. Ce lien n’est point une simple coalescence chimique, fut-elle moléculaire, mais une immanence biologique inscrite en chacun des brins de notre ADN. Le lien Armée-Nation est un état mental, une connivence intellectuelle et idéologique, un désir existentiel.

Ensemble, Armée et Nation assureront la victoire du peuple camerounais sur les ennemis de sa paix, sa prospérité et sa souveraineté, de quelque bord qu’ils proviennent.

Capitaine de Vaisseau

ATONFACK GUEMO,

Division Communication - MINDEF