Pr NOAH NOAH Dominique, Directeur de l'Hôpital de Référence de Sangmélima

Cameroun - Hôpital de Référence de Sangmélima : L'accès aux soins demeure la priorité pour le Pr NOAH NOAH Dominique

Bien encré dans son rôle de prendre soins des populations, l'Hôpital de Référence de Sangmélima à vocation sous-régionale offre des journées portes ouvertes du 16 au 18 novembre 2021 dans la ville de Sangmélima dans la région du Sud. Il faut le rappeler c'est un établissement hospitalier  de 2è catégorie dont le but est de dispenser des soins médicaux et médicaux-sanitaires de haute qualité aux populations.

"Ces journées qui ont été organisées dans le sens d'atteindre le triple objectif qui nous a été donné par son excellence le Ministre de la Santé Publique, Malachie Manaouda, celui d'augmentrer l'offre de soins, augmenter la fréquentation de l'hôpital et améliorer la qualité de soins. Ainsi pour augmenter la fréquentation, il était question pour nous de voir quels sont les problèmes majeurs.

Le premier problème majeur diagnostiqué c'était le prix élévé des prestations et des consultations. Il faut dire que l' Hôpital de Référence de Sangmélima c'est un hôpital de seconde catégorie. Au Cameroun il y'a cinq hôpitaux de seconde catégories que sont l'hôpital Central de Yaoundé, le Centre des Urgences, l'hôpital Jamot, l'hôpital Laquintinie de Douala et l'hôpital de Référence de Sangmélima. La différence avec les autres hôpitaux c'est que les quatre autres sont dans des zones urbaines, Yaoundé et Douala et que l'hôpital de Référence de Sangmélima se retrouve le seul en zone rurale.

Donc malgré les objectifs à atteindre qui sont les mêmes, à Sangmélima nous ne pouvons pas soigner les poplations avec la même qualification parce-que nous sommes en zone rurale. Les populations ont la volonté mais les moyens manquent sévèrement. C'est pour cette raison que nous avons d'abord entreprit de baisser les prix des consultations. Et ces prix là nous les avons baissés de manières drastique avec l'accord des autres médecins du corps soignant médical et paramédical. En ce qui concerne le paludisme des enfants de zéro à cinq ans les soins sont gratuits avec les anti-paludéens. Il y'a d'autres prestations où nous avons baissés de plus de 50% par exemple en ce qui concerne la césarienne en urgence.

Il faut savoir qu'ici à l'hôpital de Référence de Sangmélima, le malade est la priorité. Quand le malade arrive aux urgences, on le soigne d'abord. On se renseigne sur ce qu'il doit payer après. Nous mettons le malade au centre de nos préoccupations. Après la baisse des prix, nous avons entreprit l'amélioration de la qualité des soins qui va avec la présence du personnel à l'hôpital. Nous avons trouvé un problème d'absentéisme, mais c'était le personel soignant médical qui n'était pas présent à temps plein. Nous avons entreprit de faire des réuinions avec eux pour réussir à les convaincre de rester là. Ceci va aussi avec la qualité de la motivation.

Le problème qui se pose dans la plupart des hôpitaux est la motivation, les côtes-parts donc nous avons entrepit d'améliorer les côtes-parts évidemment. Ces côtes-parts seront d'avantage améliorés si la fréquentation augmente, donc les recettes augmentent, azinsi les côtes-parts augmentent, c'est un cercle vicieux. Pour le moment nous sommes sur la bonne voix puisque sur les cinq jours ouvrables nous avons les médecins spécialistes au moins sur quatre jours. Et il faut dire que nous avons mis sur place aussi le paiement des gardes, parce-que les gardes n'étaient pas payés, pour les médecins qui prennet les gardes. Nous avons aussi mis en place la supervision des séniors parce-que nousavons deux groupes de médecins.

Il y'a les médecins généralistes qui sont généralement jeunes en âzges et aussi jeunes dans la pratique médicale et dans l'expérience. Et nous avons des médecins spécialistes qui sont les séniors. Donc malgré les spécialisations, nous sommes d'abord tous passés par la médecine générale. Donc lorsqu'un médecin généraliste est de garde, il est assisté d'un m"decin sénior qui le couvre. Donc en cas de difficulté le sénior prend la main et l'aide donc à résoudre les problèmes.

Ces problèmes là étant résolus, nous avons donc décidés de passer à la phase d'opération de charme pour maintenant démontrer aux populations qu'au niveau interne de l'hôpital nous sommes prêts, maintenant les populations peuvent venir, nous allons les soigner, et c'est l'objet et le but recherché par les journées portes ouvertes qui ont commencées aujourd'hui et qui vont durer trois jours. Nous comptons continuer dans la diversification des activités et de proposer des solutions pour relancer l'hôpital de Référence". Souligne le Pr NOAH NOAH Dominique, Directeur de l'Hôpital de Référence de Sangmélima le 16 novembre 2021.  

Sachant que l'hôpital est doté de 110 lits, de 11 médecins spécialistes et d'une dizaine de généralistes, le directeur général a tenu à souligner qu'une augmentation de 20% de la fréquentation des populations a été observée depuis son arrivée à cet établissement médical de 2è catégorie (il entame son deuxième mois). 

"Pour relancer l'hôpital de Référence, nous aurons entre janvier et février, un projet d'organiser des journées de chirugies de la paloscopique avec des amis de Bruxelles qui les organisaient ailleurs. Donc nous allons rescencer les malades, nous allons les opérer ici à ventre fermé avec leur collaboration. Nous avons l'intention d'organiser une chirurgie esthétique pour des personnes qui veulent maigrir et qui n'ont pa réussi par les régimes. On a des chirurgiens qui exfiltrent la graisse qui font que les malades retrouvent leurs lignes. Ce sont nos amis de Lyon. Nous sommes déjà en contact, il manque seulement un petit financement pour payer leur billet d'avion. Il viennent le faire à des prix démocratiques et il ne viennt pas pour de l'argent.

Il viennent m'aider à relancer l'hôpital de Référence. On va trouver des choses spécifiques à l'hôpital de Référence qui ne se feront qu'ici, ce sera le moyen pour que les gens viennent ici à l'hôpital de Référence pour uniquement faire ça. On va trouver le temps de recruter des patients, pour que ces patients là bénéficient de ces prouesses technologiques. Nous avons aussi envie d'organiser des journées scientifiques dans le cadre de la recherche. Nous avons un projet d'organiser ces jounées qui vont faire venir ici à Sangmélima, des éminents scientifiques de tous le Cameroun voire d'ailleurs, pour venir rehausser l'éclat de ces journées là". A continué le Pr NOAH NOAH. 

Doté d'un plateau technique performant, d'une piste d'atterissage d'urgence (héliport) et de plusieurs salles modernes de onsultations, une formation de brancardiers a notamment été organisée afin de professionaliser le personnel soignant. Durant ces trois jours, de nombreuses activités sont organisées telles que :

 - le dépistage gratuit de l'Hépatite B et C

- le dépistage gratuit du Diabète 

- le dépistage de l'Hypertension artérielle

- les causeries éducatives

- les consultations prénatales gratuites avec échographie obstétricales à 50%

- l'éducation sur l'auto-dépistage du cancer du sein

- l'examen de stomatologie gratuit

- les soins dentaires à 50%

- les consultations ORL gratuites

- les prises en charge des petites pathologies

- la chirurgie (opérations des hernies gratuites)

- la chrirugie  des lipomes gratuite

- ORL (lavage des oreilles gratuite)

- le bilan d'audiométrie à 50%

- la conférence sur le cnacer du sein

- le dépistage précoce de la surdité chez les enfants

- les consultations ophtalmologiques gratuites avec fond d'oeil.

"C'est une opportunité ici pour nous d'être ici à l'hôpital de Référence de Sangmélima pour la journée des portes ouvertes que le Directeur de l'hôpital de Référence de Sangmélima a ouvert pour les soins. Moi présentement je suis ici pour faire un bilan de santé, parce-que déjà j'ai profité de cette occasion pour me présenter ici.

Déjà je n'avait jamais mis mes pieds à l'hôpital, je me suis toujours dit que tout va bien et depuis le matin que je suis passé on a fait des analyses et du coup je me sent bien et j'ai aussi découvert certaines choses qui n'allaient pas en moi, et grâce à cette opportunité je peux déjà connaître ce qui ne va pas et quand ça ne va pas, on trouve une solution. Pour l'accueil tout va bien, parce-que malgré l'effectif, le personnel s'arrange quand même à satisfaire tous les gens qui sont venus pour ces journées". A répondu Kaka Laurent Wanny, patient venu profiter des journées portes ouvertes de l'Hôpital de Référence de Sangmélima.

Odile Pahai