Affrontements intercommunautaires entre Arabes Choa-Musgum-Massa : Le Gouvernement peine à réagir

Depuis quelques jours dans la région de l’Extrême-Nord, les arabes Choa et les Musgum se disputent une terre à des fins agro-pastorales. En effet, les peuples Arabes Choa, Musgum et Massa qui sont respectivement des éleveurs, des agriculteurs et des pêcheurs ne s’entendent pas sur l’occupation des terres. Hormis le conflit culturel et religieux ces habitants vivant dans le Logone Birni qui est une commune du département de Logone-et-Chari n’en sont pas à leur premier forfait du genre.

Déjà quelques jours auparavant, le Gouverneur de l’Extrême-Nord MIDJIYAWA BAKARY avait demandé un cessé le feu entre ces conflits intercommunautaires tout en leur recommandant d’instaurer la paix. Néanmoins, le mercredi 08 décembre 2021, les conflits se sont accentués avec des affrontements armés qui ont conduits à un résultat provisoire de 30 morts selon certaines sources et un flux important de déplacés (environ 30.000) vers le Tchad.

« C’est donc le schéma actuel du différend qui a déjà fait une vingtaine de morts et dont le bilan risque de s’alourdir, car la tension est encore réelle… Faut-il rappeler qu’en août dernier, une dizaine de morts avait été enregistrée pour le même choc d’intérêts plongeant dans le noir ces deux communautés ? Il y’a à craindre le pire, car nous ne sommes qu’en décembre alors que les vrais et grands pics de chaleur sont attendus au mois de mars : l’herbe se fera encore plus rare, l’eau aussi. Ces deux communautés seront davantage obligées de se rencontrer sur les rares espaces ayant l’eau et l’herbe. », a indiqué le Colonel Nomo.

Selon un récent communiqué, le Gouverneur de la région de l’Extrême-Nord effectuera du 10 au 12 décembre 2021, une tournée de sensibilisation desdites communautés dans ce département. Ce jeudi 09 décembre se déroule la conférence des Gouverneurs à l’hôtel de ville de Yaoundé en présence de tous les acteurs concernés, présidé par le Ministre de l’Administration Territorial Paul ATANGA NJI dont le communiqué reste encore attendu face à ces affrontements qui a déjà laissé beaucoup d’âmes périr.

Odile Pahai