Cameroun /Libération des militants du MRC : Le Pr SHANDA TONME "souhaite, pour ceux qui ont été libérés, de retrouver rapidement une vie normale"

Le Mouvement populaire pour le Dialogue et la Réconciliation, MPDR, a pris connaissance, avec soulagement et encouragements, de l’information relative à la libération de certains membres du MRC (Mouvement pour la renaissance du Cameroun), pendant que d’autres ont été jugés et définitivement condamnés.

Le MPDR souhaite, pour ceux qui ont été libérés, de retrouver rapidement une vie normale, avec la solidarité, le soutien et la compassion de tous et de chacun, dans un esprit de pardon collectif. Le Mouvement Populaire pour le Dialogue et la Réconciliation, MPDR, se félicite, relativement, de ces nombreux dénouements, et lance un appel au gouvernement pour une accélération des procédures en cours, afin que la totalité des personnes encore détenues pour des raisons diverses, et revendiquant une appartenance politique, soient fixées rapidement sur leur sort, pour autant qu’elles ne constituent pas ou plus, une menace réelle, directe et certaine pour la paix sociale, pour l’intégrité territoriale et pour l’unité nationale. Le Mouvement populaire pour le dialogue et la réconciliation, saisi l’occasion pour exhorter les plus hautes autorités de la République, à persévérer par tous les moyens et par toutes les voies possibles, dans la démarche de dialogue et de réconciliation, et à cette fin, intégrer tous les acteurs potentiels moralement, pénalement et éthiquement irréprochables.

Le MPDR invite, ce faisant, les acteurs politiques, les auteurs visibles et invisibles, explicites et implicites, à épouser l’option du dialogue et de l’apaisement, en abandonnant les discours de la haine, de la violence, des destructions, des enlèvements ainsi que de toutes sortes de cruautés qui relèvent incontestablement du terrorisme.

Le MPDR demande, dans cette optique, tous les chefs politiques et autres leaders associatifs, à discipliner leurs militants et à leur enjoindre fermement, de cesser les sorties haineuses, les mensonges sur le pays, la déformation de l’actualité ainsi que toutes sortes de provocations et de dénigrement des institutions et des personnalités de la république sur les réseaux sociaux. Ces comportements n’avancent pas leurs auteurs, mais les exposent au contraire à moult procédures légales vexatoires./.

Yaoundé, le 13 Décembre 2021

Le Président, médiateur Universel SHANDA TONME