Cameroun – MINJEC : La PPBS mise à contribution lors d’un atelier

Un Atelier visant à renforcer les capacités des acteurs de la chaîne de Planification- Programmation- Budgétisation- Suivi/Évaluation (PPBS) a été organisé ce jeudi 20 janvier 2022 dans la salle de réunion de la Chambre de Commerce de Yaoundé par le Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique (MINJEC).

Cette rencontre de haute facture a été coordonnée et présidé par le Secrétaire Général du Ministère de la Jeunesse et de l'Education Civique, Zachée Robert Théophile Benga, par ailleurs président de ce comité.

Il faut rappeler que pour la mise en œuvre de ses missions , le Ministère de la Jeunesse et de l'Education Civique dispose d'une administration centrale et d'un maillage de structures sur l'ensemble du territoire national comprenant des Services Déconcentrés, Rattachés et d'organismes sous-tutelle, ce qui entraîne la mobilisation d'une importante quantité de ressources financières à planifier, programmer, budgétiser, suivre et évaluer d'où la mise sur pied de la chaîne Planification -Programmation - Budgétisation- Suivi/Évaluation (PPBS). Il devient désormais impératif que tous les acteurs intervenants dans cette chaîne s'approprient tous les outils nécessaires en vue de la maturation des différents projets d'investissement public et d'évaluation des politiques publiques. C'est le bien fondé de l'atelier qui s'ouvre ce jour et qui ira jusqu'à vendredi.

« En effet, la budgétisation axée sur les résultats que sous-entend la mise en œuvre des CDMT, permet au Gouvernement d’avoir l’assurance, par des preuves objectivement vérifiables, que chaque unité monétaire dépensée, répond effectivement à la satisfaction d’un besoin. En d’autres termes, l’objectif dans le processus des CDMT est d’établir un lien direct et visible entre l’exécution financière du budget de l’Etat et l’exécution physique. Dans ces conditions, au-delà des engagements pris dans le cadre de la programmation économique et financière du budget de l’Etat, il nous appartient, aujourd’hui, de nous doter des meilleurs instruments, afin d’atteindre nos objectifs.

Il ne s’agit donc pas d’un exercice pour notre confort intellectuel, mais de mobiliser l’ensemble des acteurs, pour contribuer selon leur position et leur compétence, à une mutation profonde et partagée du mode de gestion des finances publiques. Au demeurant, l’élaboration et la présentation du budget selon l’approche CDMT devront s’accompagner d’un cadre et d’outils d’exécution permettant de répondre efficacement aux attentes des populations, du Gouvernement et des partenaires au développement. La recherche de l’efficacité de la dépense publique constitue une quête permanente du Gouvernement, au regard d’importantes réformes engagées sur la gestion des finances publiques. Il a été notamment constaté de nombreuses faiblesses liées à l’élaboration et à l’exécution du budget dues à une présentation approximative desdocuments proposés, les différents rapports peu satisfaisants sur l’état de maturité des projets d’investissement public inscrits dans le Cadre de dépenses à moyen terme (CDMT) ainsi que l’incompréhension et la non maitrise du choix des projets d’investissementdes différentes administrations dont le MINJEC.

L’urgence d’un séminaire de renforcement des capacités des membres de la chaine PPBS s’avèreainsi nécessaire afin que tous les acteurs du MINJEC s’approprient la vision, la stratégie ainsi que tous les différents instruments pour une mise en œuvre du budget de l’Etat. Cet atelier est également l’occasion de faire un inventaire des difficultés rencontrées dans le processus de préparation du budget, à l’effet de trouver des solutions appropriées, de nature à améliorer de façon significative la qualité des documents à présenter et une meilleure appropriation des processus par les principaux maillons de la chaine.

In fine, cette rencontre ambitionne d’optimiser le processus de préparation du budget de l’Etat par la formation et l’accompagnement de toutes les parties prenantes de la chaine PPBS du MINJEC et de vulgariser les techniques de budgétisation et bonnes pratiques dans le domaine. La réussite de cette phase technique du processus sera avant tout, le résultat de nos efforts conjugués avec naturellement l’appui des experts mobilisés à cet effet. » A prononcé le SG du MINJEC lors de son discours d’ouverture.

Dans le cadre stratégique de performance des administrations il a été question de faire référence à l'ensemble des programmes d'une administration, « c'est la marque de performance d'une administration », a souligné M. NDAM. Il va continuer en évoquant cette phrase : « Si une mission qui vous est dévolue est exécutée partiellement qui fera donc l'autre partie? ».

Sur cette initiative il a invité les participants à mettre les programmes et actions en œuvre jusqu'au bout. On retient enfin que le cadre stratégique de performance se libelle en programme, actions et activités. Dans le cadre des outils de planification stratégique, ils sont perçus comme ceux qui concourent à la réalisation efficiente et efficace de la politique gouvernementale. Il s’agit éventuellement des :

- stratégies de développement qui sont des outils d'orientation à l'instar de la SND30. Ces stratégies incluent également en deçà des outils de décision, de programmation et de suivi/évaluation. En grosso modo, on a donc de manière descendante la vision de développement à long terme, la stratégie nationale, les stratégies sectorielles, les plans de développement, les cadres stratégiques de performance. Ce dernier outil s'implémente donc dans le cadre d'un département ministériel. Ainsi, au niveau local, on a des plans régionaux de développement, le schéma régional d'aménagement du territoire et les documents de planification urbaine auxquels on peut ajouter les plans communaux de développement (PCD).

La planification a été copiée dans le milieu des armées. C'est un exercice axé sur les résultats qui consiste pour une organisation à se fixer des objectifs en considérant sa mission son environnement et ses capacités. M. NDAM fait ainsi savoir que La planification stratégique au Cameroun, on en parle à cause de l'avènement du budget programme qui met un point d'honneur sur la gestion axée sur les résultats. Elle fait également mention de l'élaboration, le développement et la mise en marché de plusieurs actions et programme de la part d'une organisation. Cela représente ainsi : « un exercice de projection. »

Elle peut être stratégique mais également opérationnelle. La planification opérationnelle renvoie à la mise en œuvre d'une stratégie de développement. A la question de pourquoi planifier, l'expert indique que la planification aide les autorités à choisir la ''bonne stratégie'', et atteindre le bon équilibre entre les ressources disponibles et les actions et programmes à réaliser. Elle permet de mettre en adéquation les objectifs poursuivis et les besoins.

Source : MINJEC

Odile Pahai