SHANDA TONME :" Détruire l’école c’est détruire l’avenir, c’est tuer le poumon du destin de l’humanité"

APRES LA CONDAMNATION PAR CERTAINS PARTENAIRES DIPLOMATIQUES DU CAMEROUN

Concernant

La destruction des écoles, l’assassinat des élèves et des éducateurs dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest individus égarés et drogués prétendument indépendantistes.

Le MPDR, Mouvement populaire pour le Dialogue et la Réconciliation, a pris connaissance de la position de condamnation rendue publique ce mois de Février 2021, par certains partenaires diplomatiques de notre pays, concernant la destruction des infrastructures scolaires dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest.

Le MPDR exprime sa satisfaction pour cette sortie, attendue depuis longtemps, et espère que cette démarche opportune et salutaire, sera suivie d’actions concrètes en direction des auteurs et de leurs soutiens financiers, matériels et politiques, afin de décourager une entreprise qui viole toutes les conventions internationales et constitue un crime contre l’humanité.Détruire l’école c’est détruire l’avenir, c’est tuer le poumon du destin de l’humanité, c’est anéantir la source de toutes les sciences, c’est éteindre la flamme de toutes les espérances.

Le MPDR regrette cependant, l’amalgame inacceptable qui consiste, à essayer de mettre le Gouvernement camerounais sur le même pied d’égalité que des terroristes et des bandits, dont la nature, le statut, et les actes criminels sont ouverts, suffisamment documentés, connus et prouvés au-delà de toute doute.

Le MPDR rappelle aux partenaires diplomatiques du Cameroun, que la réalité autant sur les causes, la manifestation, la gestion que sur les efforts de solution de la crise, met en exergue des manipulations, des dérives, des ambitions inassouvies et des trafics de toutes natures, de quelques individus fermés au dialogue, et nourries de rêves insensés avec des concours extérieurs.

Le MPDR réitère sa condamnation ferme des actes terroristes, des radicalismes, des haines et des sectarismes qui nuisent à la coexistence pacifique des diversités ethniques et régionales dans l’’ensemble national camerounais, et invite les partenaires diplomatiques à éviter toute insinuation imprudente, qui pourrait semer la confusion sur la responsabilité des uns et des autres, et constituer à terme la légitimation des terroristes.

Yaoundé, le 18 Février 2022

SHANDA TONME

Président, Médiateur Universel