Échange Diaspora – Minjec : Une avancée consensuelle pour un partenariat gagnant-gagnant et à long terme

Visant à mettre en évidence l’apport structurelle, matérielle et même intellectuelle de la diaspora camerounaise, le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique (MINJEC) MOUNOUNA FOUTSOU, a tenu une rencontre stratégique avec quelques membres de la diaspora active. Etaient présents aux côtés du MINJEC, le Coordonnateur national du Programme d'aider au retour et à l'intégration des jeunes camerounais de la Diaspora, ses collaborateurs, les cellules de la communication et informatique. Il s’agit de mettre en évidence le Programme d'aide au retour et à l'insertion des jeunes camerounais de la Diaspora.

La rencontre qui s’est tenu en visioconférence a eu lieu le samedi 26 février 2022, et a porté sur une série d'activité organisée en présentiel et en visioconférence, ceci dans le cadre de la rencontre d'échange entre la délégation du Ministère de la Jeunesse et de l'Education Civique et cette diaspora entreprenante. Bien loin des clichés qui leurs sont quelquefois attribués ces camerounais vivant hors du pays souhaitent mettre à la disposition de leurs concitoyens les nombreuses connaissances et propositions visant à élargir l’aspect structurel de nombreux secteurs d’émergence et de promotion du label Cameroun. Il a été question de dérouler le programme en prélude à la mission de sensibilisation desdits jeunes sur les projets et programmes mis en œuvre en leur direction.

La parole a été prise d’entame par Valère Hiobi, président Directeur général de Hima Sarl, tout en remerciant Mounouna Foutsou pour tous les efforts déployés dans l'encadrement des jeunes camerounais de la Diaspora. Il a par la suite, indiqué le contexte de la rencontre en cours.

"Le chef de l'Etat dans son récent discours à la jeunesse a invité la Diaspora à venir contribuer au développement du pays. Nous saisissons la balle au bond pour conduire cette initiative qui mobilise une bonne partie des camerounais de la Diaspora", a t il dit.

Pour cette présentation des activités, il a été question de mettre en évidence les animations culturelles et artistiques, cinq exposés respectivement sur les projets et programmes du MINJEC, sur le sous programme DIALYJ, la présentation des projets de My Africa e.V entre autres puis suivis des échanges.

« La présente rencontre a pour but d’échanger sur les pistes de solutions concrètes devant mener la diaspora Camerounaise à contribuer au développement de notre chère patrie par le biais des investissements productifs de celle-ci. Elle s’inscrit dans la logique de l’accélération et de la concrétisation de la promesse du Chef de l’Etat, S.E.M. Paul BIYA, pour la mise en place des mesures incitatives pour le retour des jeunes de la diaspora au Cameroun et accélérer leurimplication au développement local, d’où la création depuisle 14 février 2017, du Programme d’Aide au Retour et à l’Insertion des Jeunes de la Diaspora (PARI-JEDI).

Il s’agit d’encourager les jeunes de la diaspora qui souhaiteraient revenir au Cameroun de manière progressive ou définitive, à être intégrer de façon durable dans le tissu économique national en participant résolument au développement de la Nation.

Aussi, en exécution des Très Hautes Directives du Chef de l’Etat, S.E.M. Paul BIYA formulées au cours de la célébration de la 56ème édition de la fête de la jeunesse, lors de sa traditionnelle adresse à la jeunesse au soir du 10 février, où il invite de nouveau les jeunes de la diaspora qui désire s’impliquer et s’engager dans la dynamique nationale et républicaine de l’émergence de notre pays, à retourner participer activement à l’œuvre de construction nationale ». Se prononcera le MINJEC.

MOUNOUNA FOUTSOU a félicité les initiateurs de la rencontre d'échange. Aussi, il remercie l'Ambassadeur du Cameroun en Allemagne pour toutes les dispositions prises dans la perspective de la réussite de l'activité.

Par la suite, le ministre est revenu sur le message à la jeunesse du Chef de l'État SEM Paul BIYA le 10 février 2022. Le Président de la République, dira Mounouna Foutsou, vous invite à revenir au pays vous installer définitivement ou encore investir afin de mieux contribuer au même titre que les autres jeunes camerounais, au développement du Cameroun. Pour y parvenir, le Minjec fait observer que des mécanismes d'accompagnement dans ce sens ont été créés autant dans le département ministériel qu'il dirige ou même ailleurs

« A travers ces mesures du Gouvernement, les jeunes de la diaspora camerounaise doivent comprendre, quelles que soient leurs convictions religieuses, ethniques, politiques, qu’ils sont des acteurs incontournables du développement économique du Cameroun et de son émergence en 2035. Un regard sur l’évolution sociale et économique de nombreux Etats dits "développés" ou " émergents", montre à plusieurs égards, [que la diaspora d’un pays peut constituer un atout ou un frein pour son développement, selon que ses potentialités sont judicieusement investies ou non dans la construction nationale.

En effet, lorsqu’elle est formée, active et productive, la diaspora est une ressource pour le pays d’accueil, et éventuellement pour le pays d’origine, si ce dernier bénéficie de ses interventions. Mais lorsqu’elle est en situation périlleuse, elle est une charge pour le pays d’accueil et une perte pour le pays d’origine.

Il est opportun de s’intéresser à la diaspora camerounaise en général et à sa jeunesse en particulier pour deux principales raisons : son appartenance à la nation et le potentiel qu’elle représente. En effet les camerounais de la diaspora sont des citoyens à part entière qui, comme leurs compatriotes résidant dans le territoire national, ont des droits et des devoirs, et méritent de ce fait l’attention et l’encadrement qui leur sont dus.

Dans un contexte marqué par la mondialisation et la globalisation, la diaspora se trouve être un énorme potentiel à exploiter, susceptible de constituer une importante ressource pour le développement socioéconomique du pays. Ceci est perceptible dans le processus du développement, où la diaspora rend possible un certain nombre de transferts entre le pays d’origine et le pays d’accueil, suivant deux flux. Le premier va du pays d’accueil au pays d’origine et est relatif aux transferts de devises, de savoir-faire, de technologies, d’informations, d’opportunités, de modes de vie et d’autres types de ressources.

Le second flux, du pays d’origine au pays d’accueil, se réfère au rehaussement de l’image de marque du pays d’origine, par le biais de la promotion de ses différentes productions socioéconomiques, culturelles et artistiques. Les considérations ci-dessus évoquées peuvent à plusieurs égards justifier la place accordée à la diaspora par les pouvoirs publics camerounais, à travers le discours et la volonté politiques, les perspectives socioéconomiques et l’action gouvernementale ». A poursuivi le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique.

Le premier expert à dérouler son projet de service fut Guy Bami Watcho, Membre de la Diaspora camerounaise. Il a donné une idée des multiples projets envisagés par la Diaspora.

Se sont succéder en face du Minjec, des camerounais et camerounaises vivants en Allemagne, en France, en Suisse et autres pays. Un moment plutôt plein d'émotions pour les uns et les autres qui ont fait savoir au ministre leur surprise agréable d'échanger avec lui.

« Maintenant que les discours sont terminés, je me rends disponible pour que les uns et les autres qui ont des préoccupations s'adressent à moi clairement, terre à terre ». A conclut le Ministre.

Odile Pahai