Cybercriminalité-manœuvres rédhibitoires : Qui protège Tiba Nguimfack Donald ?

Premier suspect dans une affaire de cybercriminalité qui semble disposer de tentacules insoupçonnées et insoupçonnables, Tiba Nguimfack Donald ne semble aucunement inquiété au contraire de sa cousine installée au Luxembourg contrainte de subir en ses lieu et place, les affres de la justice dans ce pays d’accueil.

Quand bien même ledit suspect fut déporté au parquet du tribunal de Grande Instance du Mfoundi mardi dernier, il ne fut guère déféré comme on devrait s’y attendre. Il a plutôt été renvoyé en garde à vue à la direction de la police judiciaire pour complément d'enquête. Un motif fallacieux à bien d’égards quand on sait que depuis son interpellation, un important et imposant réseau s’est mis en branle pour obtenir sa libération sans condition. A preuve, bien qu’ayant subi une audition musclée il lui a plutôt été concédé un sursis, puisqu’il est remonté deux jours après au même parquet avec l’un des ses complices présumé interpellé par la direction de la police judiciaire. Mais alors qu’on attend que les deux suivent enfin les étapes de la procédure judiciaire à leur encontre pour extorsion de fonds et autre chantage en règle, ils ont plutôt été renvoyés au commissariat central n°1 de Yaoundé avant de comparaître le lendemain vendredi au même parquet avant que son complice ne bénéficie d’une relaxe pure et simple pendant que Tiba Nguimfack Donald était remis à la disposition de la direction de la police judiciaire pour complément d'enquête.

Pendant ce temps, une véritable épée de Damoclès plane sur la tête de sa cousine, victime expiatoire des crimes de Tiba Nguimfack Donald. Or, la justice luxembourgeoise exige que tous ses suspects soient placés sous mandat de dépôt au même titre que Tiba Ornelle afin de ressortir la vérité et acquitter définitivement cette dernière des crimes pour lesquels elle pourrait perdre son titre de séjour et payer des dommages pécuniaires à certaines autres victimes de son cousin Tiba Nguimfack Donald, du reste accusé d’intelligence dans l’escroquerie aggravée d’une entreprise luxembourgeoise délestée de la somme de 54.000€. Une somme que le fieffé hacker aura pris le soin de dispatcher dans les comptes des siens et singulièrement dans celui de sa cousine accusée dès lors de blanchiment d’argent d’où sa mise sous mandat de dépôt, assortie du placement de sa fillette de 04 ans dans un centre social.

Source : agencedepressepanafricaine.com

Fidélio Arsène