Coopération : International Youth Fellowship et le MINJEC pour une collaboration équitable et productive

Le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique (MINJEC) Mounouna Foutsou a reçu en audience une délégation d’IYF (International Youth Fellowship) le vendredi 22 avril 2022, à la salle de Réunions du MINJEC.

Pour une meilleure orientation dans ce processus de coopération, le Ministre s’est penché sur le soutient indéfectible du Ministère de la Jeunesse et de l’Education Civique et du Gouvernement sur la fiabilité et la satisfaction de cette collaboration avec l'Organisation Non-gouvernementale International Youth Fellowship (IYF).

Aussi, le Ministre a rassuré cette délégation constituée des responsables d’International Youth Fellowship sur la continuité de ladite collaboration avec IYF, qui participe au changement de mentalités des jeunes.

Le Chef de délégation Kim Kisung a durant cette audience mis en relief l'entretien qu'il a eu il y a peu de temps avec le président de la République centrafricaine. Cet entretien concernait le projet de construction d'un centre de jeunes, pour le changement de mentalités. En fin de compte, le Chef d'État Centrafricain a donné son accord pour la construction de ce centre, avec un espace de 10 hectares.

D'après lui, un centre du même type a été inauguré en Zambie par le président de cet Etat le mois passé, tandis qu'au Malawi et dans le Royaume d'Eswatini, l'état de construction est respectivement à 90% et 80%.

Kim Kisung a longuement développé son propos en indiquant que l'une des principales raisons de sa présence au MINJEC est la sollicitation d'un plaidoyer pour obtention d'un terrain pour la construction d'un centre de jeunes au Cameroun, qui servira au changement de mentalités des jeunes, mais aussi des adultes.

Après ces échanges, le Chef de délégation a brièvement raconté comment son pays s'est développé. Dans les années 60-70, dit-il, la Corée était l'un des pays les plus pauvres du monde.

Alors que le Chef d'État de l'époque avait décidé de développer son pays au Moyen-Orient par la voie vers l'industrialisation, certains estimaient cette entreprise impossible à cause de la chaleur écrasante, du manque d'eau ainsi que du manque d'alcool entre autres. Ils disaient ‘’impossible’’, a-t-il insisté.

Ensuite, un Coréen au Moyen-Orient, a informé le président qu'il était possible de faire son projet en contournant les difficultés précédemment exposées. Pour la chaleur, les Coréens travailleraient la nuit et dormiraient en journée, pour l'eau, ils construiraient une plateforme pour transformer l'eau salée de l'océan en eau potable ; et concernant l'alcool, ce serait un avantage majeur de ne pas en avoir, les ouvriers étant moins distraits et moins enclins à dépenser.

Aussi a-t-il relevé que dans le mindset education, “le mot impossible n'existe pas’’. Il indique avoir le désir de voir la Jeunesse camerounaise encore plus épanouie. Pour terminer la rencontre de ce jour, les responsables ont échangés l'intention de renforcer la coopération entre les deux institutions.

Le but commun étant de permettre une éducation civique mentale de la Jeunesse Camerounaise toujours plus adaptée aux besoins.

Odile Pahai