Lutte pour la préservation de l’environnement : L’ESIG au premier plan face à la neutralité carbone et à la transition énergétique

Dans cette évidence de s’ériger stratégiquement dans le volet de la formation et d’apprentissage, l’Ecole Supérieure Internationale de Guerre (ESIG) tient un colloque international sur la transition énergétique. Ce colloque a réuni tout un parterre de personnalités, de membres du Gouvernement et de hauts responsable de l’armée afin d’édifier, de transmettre et de partager ces aspects perceptibles aux apprenants.

Ce mercredi 04 avril 2022, cette rencontre stratégique a vu la présence de Joseph BETI ASSOMO, Ministre Délégué à la Présidence chargé de la Défense, Secrétaire d’État auprès du Ministre de la Défense chargé de la Gendarmerie Galax Yves Landry Etoga, du Général de Corps d’armée, Chef d’Etat-Major des armées, René Claude Meka, du Colonel Pierre Tiokap, Commandant de l’ESIG, des Hauts gradés de l’armée et de la Gendarmerie ainsi que celle des responsables d’universités. La thématique de cette rencontre est : "Transition énergétique et neutralité carbone dans le monde : Quelle posture au-delà de l’écologie pour l’Afrique ".

A cet effet, 60 stagiaires de plusieurs pays d’Afrique, des Etats-Unis et de l’Europe (Bénin, Burkina Faso, Comores, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, Ouganda, Cameroun, Tchad…) participent à cette grande rencontre axée sur la transition énergétique au quartier Simbock à Yaoundé au Cameroun. Tout en attendant la sortie de la 17è promotion de l’ESIG (2022) qui a 11 mois ferme de formation (et qui se termine en juillet), cette rencontre permet d’évaluer l’historicité, la mise en exergue du volet énergétique et écologique dans le monde et l’état des lieux de cette entité vitale. Ces apprenants pourront ainsi palier à ces démesures liées aux changements climatiques et à la préservation de notre écosystème.

Le Ministre Délégué à la Présidence chargé de la Défense a affirmé que les travaux s’articuleront autour de trois grands axes que sont de faire un état des lieux en étudiant les dynamiques actuelles des questions énergétiques à l’échelle du monde, d’apprécier les résultats dans le domaine des affaires énergétiques et enfin d’ajuster les différents mécanismes d’accompagnement pour une meilleure gestion sur la transition écologique dans le monde.

Le Professeur BELOMO ESSONO Pelagie a quant a elle développé la motricité des faits et la traçabilité des efforts fournis dans le domaine de transition écologique, tout en listant succéssivement les divers axes d’inspection et d’effectivité pour la protection de l’environnement. Le Pr Elvic BATCHOM de son côté s’est penché sur la matérialisation des structures et la présentation des différents aspects conceptuels dans le domaine de la transition écologique.

Rappelons qu’on liste de nombreuses sources d’inadéquations liées aux problèmes écologiques dans le monde. On peut par exemple citer les déchets marins, les surpêches et prises accessoires, la destruction des habitats et déclin des espèces marines, les espèces exotiques envahissantes, la déforestation, le bruit sous-marin, la pollution, l’acidification des océans, l’eutrophisation, les changements climatiques entre autres.

Face à ce fléau qui mine toute la planète, les Forces Armées de plusieurs pays se sont réunies, ceci afin de travailler ensemble pour la préservation du patrimoine écologique mondial. Cette fusion inter-armées est sans nul doute une alerte et un point raccord afin de lutter aux changements climatiques opérés par l’action de l’homme. L’apport de l’Afrique est bien visible et les sociétés africaines se mobilisent de plus en plus pour lutter contre les affres de la nature, d’où cette collaboration stratégique avec la France qui se distingue par son apport matériel et de logistique.

Odile Pahai