Politique -UNDC : "Une nation ne se développe pas avec des multitudes de communautés, c’est un seul peuple, une seule communauté qui développe un pays"

Structuré vers une vision plurielle et conceptuelle lorsqu’il faille évoquer la liberté d’expression au Cameroun, le Président National de l’UNDC (Union Nationale Démocratique du Cameroun) DALAMI ABDOULMOUMINI propose d’acter en faveur des revendications du peuple. Très à l’écoute de ses concitoyens, DALAMI ABDOULMOUMINI n’hésite pas à donner son avis suite aux éventuels apports de l’Etat du Cameroun pour une gestion équitable et souveraine de l’action Gouvernementale.

Ayant récemment reçu la distinction de « Grand Prix de l'Excellence Africaine de l'Innovation Politique », ce dernier est très présent pour ses pairs et ses militants en vue de booster leur instinct patriotique et ainsi amorcer un grand pas dans le processus de vivre ensemble et de cohésion sociale.

« Je suis gêné lorsqu’on parle de tous ce qui est communautaire, car j’appartient également à une communauté. Nous devons tous appartenir à la communauté camerounaise. Une nation ne se développe pas avec des multitudes de communautés, c’est un seul peuple, une seule communauté qui développe un pays. Je condamne fermement ces discours sur les réseaux sociaux et je condamne cette façon de faire.». A exprimé le Président de l'UNDC.

Rappelons que près de 2000 migrants ont tenté de pénétrer dans Mellila le 24 juin 2022, l’une des deux enclaves espagnoles au Maroc et cela a créé de nombreux décès, d’où la sortie du président de l’UNDC.

« La migration représente un enjeu important au triple plan politique, économique et social. Du fait qu’ils constituent une stratégie d’adaptation et de recherche perpétuelle d’amélioration des conditions de vie. Les autorités en place doivent protéger leurs citoyens face aux flux migratoire. Par exemple, les chefs dans chaque quartier, chaque village, doivent tenir des régistres pour des étrangers installés dans leur circonscription administrative ». A-t-il répété dans un média local.

Odile Pahai