SHANDA TONME : EN DEFENSE DU BEIGNETS HARICOTS Ou la mise en exergue de la tragédie des élites extraverties et culturellement corrompues

Depuis quelques jours, les adeptes de l’inquisition culturelle, des intrigues politiques et des inventions d’un social pamphlétaire et vide de sens, ont trouvé un nouveau terrain d’attaque et de manifestation ostentatoire de leurs savoirs abjectes. Après avoir épuisé leurs ressources argumentaires sur le classique changement politique bloqué, la révolution instantanée sans leadership visible et l’appel à la violence aveugle, les voici en gourous des églises réveillées, couteaux entre les dents, pour s’attaquer au « beignets-haricots ».

Elevées, bercées, entretenues, vécues et devenues matures par la magie des beignets-haricots, des mangues sauvages et des bananes de brousse, voici qu’ils se révoltent, qu’ils méconnaissent la terre nourricière et ses vitamines originelles, le miel souillé mais riche, qui ont construit les muscles de leur corps et purifié leurs veines.

Ils ont découvert le croissant, le pain chocolat, la baguette de blé, le pain au lait et les tartines venues de l’au-delà des mers. Ils ont fait l’école, chanté la marseillaise et vénéré la mère patrie métropolitaine, et du coup, ils découvrent au soir de l’expression publique de leurs intelligences hébétées et compromises, que le beignets-haricots est toxique. Cruelle malédiction ou autoflagellation suicidaire ?

A qui profite le crime ? le malheur de l’Africain se découvre maintenant dans ce qu’il a mangé et aimé, dans sa nourriture. Triste vraiment, qu’ils aient mis tant de temps, avant de faire la découverte qui pour elles, explique tout, justifie tout, excuse tout. En attendant que le brevet de cette fantastique découverte soit déposée auprès des organismes internationaux chargés d’en assurer la conservation, la protection et la diffusion, je les dénonce avec vigueur et énergie, et érige le front de résistance populaire.

Je proteste contre les affirmations des élites profanatrices, prédatrices et criminogènes. Nous sommes en présence d’un parricide en règle qui menace jusqu’aux fondements de notre identité. Je sonne tout de suite les cloches du rassemblement des Africains contre les enfants du croissant et du pain chocolat. Citoyens et citoyennes du Cameroun, débout pour la défense du « beignets-haricots ». Il s’agit d’un segment crucial de notre sang, de notre dignité et de nos emblèmes.

Le beignets haricots c’est l’ADN du Camerounais, bien évidemment aux côtés de quelques autres de nos richesses culinaires. Riche de sa diversité, notre nation est riche des sources de vitamines multiples que nous défendrons ardument au même titre et avec la même vigueur que l’unité nationale et l’intégrité territoriale. Et si l’abandon du beignets-haricots devient la condition pour demeurer membre de l’ONU, alors nous voterons massivement pour quitter l’organisation, et nous entrerons en guerre contre nos ennemis./.

Yaoundé, le 05 Août 2022

SHANDA TONME

Président, Médiateur universel