Cameroun – Environnement : La COMIFAC et l’Allemagne signent un accord de partenariat pour la commercialisation des bois tropicaux légaux

En vue de maintenir et de préserver l’environnement, la COMIFAC (Commission des Forêts d’Afrique Centrale) et la République Fédérale d’Allemagne ont signé un accord de partenariat encore appelé ‘’Projet Trilatéral’’(TTT) ou Tropical Timber Trade Facility. Rappelons que ce projet vise la Promotion du Commerce des bois tropicaux et des produits dérivés légaux et/ou durables tout au long de la chaîne d’approvisionnement de l’Afrique Centrale vers les marchés internationaux en passant par la Chine. Cette signature s’est déroulée à Yaoundé ce 22 septembre 2022 au siège de la COMIFAC entre S.E. Corrina FRICKE, Ambassadrice de la République Fédérale d’Allemagne et le Dr Hevé MAIDOU, Secrétaire Exécutif de la COMIFAC.

Il faut noter que l’objectif potentiel du futur projet TTT est d’amener les chaînes d’approvisionnement en bois tropicaux afin de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations à la conservation à long terme des forêts, au climat et à la protection de la biodiversité dans les forêts d’afrique Centrale. Ici la COMIFAC va assurer la tutelle politique du futur projet TTT et sera chargée de l’orientation, de l’harmonisation et du suivi des politiques forestières et environnementales en Afrique Centrale.

Les résultats attendus sont de plusieurs ordres. On peut citer :

- Un soutien aux groupes de travail inter-gouvernementaux vers un cadre politique convenu sur le commerce du bois tropical ;

- Une motivation de l’industrie à travailler dans le cadre de la politique commerciale du bois tropical ;

- Une augmentation de la demande de bois tropicaux sur les marchés internationaux.

« C’est pour la protection de forêts du deuxième poumon du monde, et pour l’utilisation durable des forêts, du Bassin du Congo. Aujourd’hui ça concerne spécialement le commerce qu’on doit protéger aussi, le commerce légal et surtout lutter contre le commerce illégal. Le but est aussi d’avoir une négociation avec la Chine, qu’on peut faciliter afin que tous le bois arrivé là bas serait en exploitation légale et certifié. Pour le moment on n’a pas encore un système de certification qui serait reconnu internationalement, mais ça reste une question cruciale, pas seulement pour protéger le deuxième poumon du monde, mais aussi pour donner une perspective durable à la population pour que les prochaines générations puissent vivre de cette ressource naturelle. » A dit S.E. Corrina FRICKE.

« C’était pour authentifier un document qui donne l’occasion à l’Allemagne de pouvoir monter le projet qui va être soumis aux Etats qui sont concernés par ce projet. Et les Etats c’est Cinq (5) pays forestiers du Bassin du Congo qui doivent déveopper un dialogue avec la Chine en matière de commerce du bois, mais également en matière d’échange de technologies pour améliorer la transformation du bois et le commerce du bois.

Donc c’est pour lancer le montage de ce projet dont la note de projet est en cours de rédaction aujourd’hui, et après cette phase, on va soumettre ce projet à l’examen au niveau de six pays qui sont concernés par ce projet, où qui donnent leur accord pour valider la note de projet avant que le projet ne puisse rentrer en mise en œuvre. C’est un projet d’une valeur de 10 millions d’Euros qui va être exécuté sur une période de 4 ans.

Donc pour nous c’était un plaisir de recevoir Son Excellence Madame l’Ambassadrice de la République Fédérale d’Allemagne, de venir dans nos murs ici à la COMIFAC, pour la signature de ce document qui donne l’autorisation pour le montage de ce projetet l’intégrer dans le plan de financement de la coopération allemande. Les pays concernés sont le Cameroun, le Congo, la République Centrafricaine la Guinée Equatoriale et le Gabon.» A répondu le Dr Hervé MAIDOU.

En outre, l’augmentation de la production de bois tropicaux légaux et durables ralentira également la dégradation des forêts et contribuera ainsi à une meilleure protection de la biodiversité. L’augmentation de la séuestration durable du carbone qui en résulte permettra la protection du climat. La gestion forestière légale à grande échelle dans le bassin du congo devrait accroître la demande à long terme de produits en bois tropicaux sur les marchés exigeants comme l’union européeene et les Etats-unis et contribuera encore d’avantage à la conservation des forêts à long terme. Cet accord est une aubaine et une nécessité pour le contrôle et le commerce des bois tropicaux légaux en Afrique Centrale et une porte ouverte aux échanges entre pays membres de la COMIFAC et le commerce extérieur.

Odile Pahai