Cameroun : SHANDA TONME interpelle le Délégué Général à la Sûreté Nationale sur le cas d’un Commissaire Divisionnaire à la tête des Hors-la-loi

Yaoundé, le 23 Septembre 2022

A Monsieur Le Délégué Général à la sureté nationale Pour menaces, trafics d’influence, destruction de biens et chantage en coaction Contre

- Le commissaire divisionnaire X

- Mukam Arnaud Emmanuel

- Sa’aWamba Arnold Romuald

Monsieur le Délégué Général,

En vous renouvelant mes encouragements patriotiques, je me fais un pressant devoir de porter à votre précieuse et rigoureuse attention, les faits criminels ci-après impliquant un certain commissaire divisionnaire inconnu, pour lesquels je porte plainte.

En effet il me revient selon une demande en assistance en ma qualité de médiateur, que dans la journée du jeudi 22 Septembre 2022, au quartier Nyom à Yaoundé, un individu arborant une tenue d’officier supérieur de la police nationale, avec une épaulette enrichie des six étoiles de commissaire divisionnaire, mais sans son nom visiblement, a commis des exactions graves dans un domicile privé.

Le Commissaire divisionnaire inconnu, qui avait ainsi pris le soin de cacher son nom, agissait en coaction avec deux autres individus faisant l’objet de recherches par le Groupement de gendarmerie territoriale de la ville de Yaoundé, de même que par le commissariat du 17ème arrondissement où ils ont refusé de déférer à des convocations. Sieurs SAA WAMBA ARNAUD ROMUALD (675 16 89 59) et MUKAM ARNAUD EMMANUEL(681 363 529). En effet la dernière cité serait sur le point de quitter le pays en catimini pour rejoindre l’étranger où il résiderait.

En véritable hors la loi sans aucune foi aux institutions de la République ni égard pour ses obligations déontologiques, le Commissaire divisionnaire qui utiliserait un véhicule de marque TOYOTA CARINA E immatriculé AD 247 AL, a brutalisé la famille du citoyen ERIC LAMBERT NDJEUKOUE, enseignant (675 41 70 96), menacé d’user de son arme et casser tenu des propos d’une rare violence. La victime et les voisins pourraient témoigner à suffire. Ces gens sont des semeurs d’anarchie avec malheureusement à leur tête un commissaire divisionnaire. Ils s’en foutent éperdument des lois et de l’Etat de droit, puisqu’ils ne défèrent à aucune convocation. Ce n’est même plus des trafics d’influence, c’est le crime contre la société.

La gravité des faits qui sont relatés, urgent qu’une enquête soit diligentée en procédure d’urgence pour identifier et sanctionner le Commissaire et ses acolytes sans foi ni loi.

Dans l’attente, hautes et fraternelles considérations./.

SHANDA TONME