Cameroun – Honneur et Fidélité : DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE: Place à l’action

Une semaine déjà que Chefs d’Etat, Chefs de gouvernement, Représentants de haut niveau et Experts du climat se concertent autour de cette problématique rentrée dans un processus de dérèglement que l’on suppose irréversible.

L’activité humaine étant semble-t-il en majeure partie responsable de la montée des températures, autant essayer d’infléchir la courbe ascendante de l’agitation thermique, par la mise en œuvre des mesures arrêtées à cet effet.La Conférence sur le réchauffement climatique COP 27 qui se tient en ce moment à Sharm-el-Sheikh en Egypte, s’attèle dès lors à convaincre les plus grands émetteurs de dioxyde de carbone et de gaz à effet de serre, les plus gros dévastateurs du couvert végétal, de jouer au plus juste leur partition, dans le concert global pour la survie de notre planète.

Les objectifs à atteindre auront beau se situer dans des horizons pouvant paraître comme assez lointains, les effets sont pourtant présents, qui attestent de la tendance à la hausse du climat.

Le mercure qui de plus en plus peine à redescendre, les sécheresses en voie de multiplication de de prolongement, menaçant carrément de disparition notre petite saison de pluie, et les rivages de nos cités balnéaires qui se déplacent à reculons, face à l’imparable offensive de vagues de plus en plus violentes.

Côté pluie, la rareté est remplacée par la brusquerie de volumes ingérables, avec à la clé, des inondations à répétition. Sous d’autres cieux, l’on en est à déplorer la fonte accélérée des glaciers, de même que la montée du niveau des océans.

Indépendamment de la latitude, il est indéniable que le cycle inondation-sécheresse-incendie, met le monde entier en état d’insécurité alimentaire et sanitaire.Il est donc souhaitable, l’urgence l’impose d’ailleurs, de mettre en œuvre au plus vite les mesures macro-scalaires d’atténuation de la crise climatique.

Et en attendant que se manifestât ce vœu qui ne saurait être pieu, chacun d’entre nous, à l’échelle individuelle peut aider à amenuiser l’inconfort collectif que nous endurons. En évitant par exemple, de bâtir sa maison dans les réceptacles naturels des surplus d’eau que sont les marécages. En se donnant la peine de se débarrasser de ses rebuts dans les bacs à ordures ou les lieux prévus pour cet usage, plutôt que dans les caniveaux et autres cours d’eau. Quelques précautions, de petites attentions qui peuvent nous épargner de lamentables scènes de désolation, lamentables car prévisibles, donc évitables.

Et tant qu’on y est, n’est-il pas gratifiant de planter un arbre, une façon de compenser la disparition du couvert végétal ? La maxime nous apprend que qui a planté un arbre n’aura pas vécu pour rien. A défaut d’en déguster le fruit, au moins aura-t-il contribué au salut de notre unique planète Terre !!!

Capitaine de Vaisseau

ATONFACK GUEMO,

Chef de Division de la Communication - MINDEF