Steve Fah agressé en Belgique : Les réactions à chaud des internautes

Célèbre influenceur au Cameroun, Steve Fah, ce jeune entrepreneur et formateur dans le milieu du digital a subi une agression sur sa personne le mercredi 23 mars 2022, à Bruxelles suite à certaines revendications de ses prévaricateurs. Quelques minutes après ce corps à corps violent, les sorties des internautes ont grimpé et ces actes ont été commentés de toutres part. Une vidéo montrant Steve Fah entrain d’être trainé au sol après avoir été enfariné puis roué de coups a aussitôt levé l’indigantion et l’incompréhension.

De son véritable nom Fah Fotsing Steve Hyomez, il se fait connaître sur la toile par son acharnement à vouloir apporter une nouvelle dynamique dans le domaine du numérique. Autrefois stagiaire dans une entreprise, il décide par lui-même de se lancer à son propre compte et s’essaie à tout. Il partira de l’ouverture de plusieurs restaurants avec l’aide de sa maman, pour ensuite se lancer dans le collage de vidéos.

Le concept « 3 minutes du peuple » donne ainsi la visibilité à Steve Fah qui par la suite mettra en lumière le mouvement ‘’Je suis patriote’’, avec les t-shirts qu’il arbore lui-même (‘’Je suis patriote, Cameroun d’abord ‘’).

Cette agression a notamment été commentée de toute part par les blogeurs et influenceurs et des anonymes. Quelques heures après cette rixe, le blogeur « Amer Kmer » dans un direct, s’est dit indigné par ce comportement qu’il qualifiera d’innacceptable et lui a appoté tout son soutien. Le pasteur Camille Makosso, ami de ce dernier et célèbre influenceur ivoirien a fait un direct d’environ deux heures où il évoquera la lâcheté de ces individus se réclamant de la BAS (Brigade Anti Sardinards) et insinuera par la suite que « la violence est l’arme des faibles ». Lors de son direct, Camille Makosso n’omettra pas d’évoquer le fait que ces « activististes violents » peuvent user de la communication et présenter leur projet au lieu d’user de cet acte barbare qui selon lui ne les honore pas.

Flore de Lille qui est proche de cet influenceur a fait un post soutien sur sa page Facebook, ainsi que le journaliste Paul Daizy BIYA officiant à « Tara+ ».

La blogueuse et entrepreneur camerounaise Aicha Kamoise, s’est elle-même dit offusquée car quelques mois plus tôt aurait été enfarinée par ces même membres de la BAS suite à son passage au « Meet and Great » de Nathalie Koah à Paris. Celle-ci a ouvertement décrié cet acte tout en conseillant à la jeunesse de ne pas suivre ce mouvement qui après ces revendications n’auraient pas des vies exemplaires. Elle fera un crochet sur certaines personnes de ce mouvement qu’elle a qualifiées « d’avoir raté leur vie en occident » ou encore d’être des « personnes à qui il ne faudrait pas se frotter ».

La BAS qui est un mouvement d’activiste se réclament de ceux qui sont contre le gouvernement en place et depuis quelques années (notamment après l’élection présidentielle du 06 novembre 2018 qui fera le candidat Paul BIYA être réélu à la majorité), ces camerounais vivant hors du pays se réclament dêtre des activistes et se disent être des combattants de libertés, car ils extiment que la gouvernance camerounaise est clouée par une certaine dictature. C’est ainsi que le boycott des artistes camerounais soupsconnés avoir une appartenance avec le gouvernement en place a été implémenté et ceux-ci ont dument été interdits de se produire en occident. Des manifestations et des agressions de certains membres du gouvernement en occident ont également fait parler d’eux.

Ceux-ci se revendiquent d’avoir le droit déniger d’insulter les institutions, de saccager les ambassades du Cameroun en France et en Allemagne, de proférer des menaces à qui soutiendrait ou parlerait en bien du régime actuel, de mettre en évidence leur relent tribaliste et surtout maintenant d’agresser physiquement ceux qu’ils soupsconnent de collaborer avec le gouvernement du président Paul BIYA. Ces actes devenus de plus en plus courants ont divisés certaines communautés au point de défaire ce lien patriotique qui les unissaient autrefois. La frustration s’y mêlant, certains membres de ce mouvement promettent des exactions et des bastonnades à travers les réseaux sociaux à ceux qui mettraient les pieds en Europe.

N’étant pas une majorité perceptible, ces individus camerounais se disant de la diaspora combattante, donnent dans leur revendications le fait de prôner pour la paix dans les régions du NOSO (Nord-Ouest et Sud-Ouest) suite aux attaques des « ambazoniens » et ceux du Grand Nord face à la secte islamique « Boko Haram ». Ils accusent le gouvernement en place de tuer des innocents dans ces régions avec l’aval de l’armée camerounaise et de manipuler les masses.

Etant très présents dans les réseaux sociaux, la BAS qui aujourd’hui dit soutemenir le mouvement « OTS » des enseignants n’a pas encore vu un seul membre des OTS au Cameroun leur demander du soutien, ni une majorité de camerounais au pays approuver ces actes de violence et d’humiliation. Intérrogés sur place, certains individus se disent ne pas se reconnaitre dans ce mouvement.

« Je suis syndicaliste et enseignant, j’ai vu hier dans les réseaux sociaux comment le jeune Steve Fah se faisait agresser et j’ai trouvé cela déplorable qu’on utilise la violence sur un jeune qui est entrain de se battre. Nous enseignants n’avons jamais demandé à la BAS d’aller agresser les gens en Europe. Nous nous réclamons nos salaires impayés et que nos droits soient rétablis, on n’est pas pour la violence ou la manipulation. Notre mouvement est pacifique et on veut que le gouvernement puisse rétablir nos salaires et les autres revendications.» Dira un enseignant du mouvement OTS.

Steve Fah bien connu du public camerounais et même africain a toujours été pour les agissements d’une jeunesse engagée, une jeunesse qui veut apporter sa contribution au développement de son pays. Quelques années auparavant, il crée « Fahnion Créativ », et tout récemment la web TV « Tara+ ». C’est à cet effet qu’il s’est rendu en Belgique pour son programme « Benguiste », ou il devrait mettre à l’honneur les jeunes camerounais de la diaspora, tout en suivant leur quotidien et également offrir ses services de formations.

Œuvrer pour le développement est récréatif, militer pour le label Cameroun est impératif, défendre les couleurs de son pays est et demeure républicain. Steve Fah n’est tout autre qu’un camerounais bardé de défauts et même de qualités, qui sans doute est à la recherche de la paix dans son pays, du vivre ensemble de ses compatriotes où qu’ils soient et agit sans doute pour l’unicité et pour un Cameroun prospère, vivant et uni.

Ayant été l’une des images proue de la CAN TotalEnergies 2021 qui s’est déroulée au Cameroun (du 09 janvier au 06 février 2022), ce jeune influenceur, formateur dans le digital et concepteur d’idélogie entrepreneuriale, n’a cesse d’œuvrer sur plusieurs projets et vise éventuellement un idéal de réussite et d’ouverture à un dynamisme succinct pour son pays et non à une bagarre entre frères, car le Cameroun demeure l’Afrique en miniature ou dès la naissance vous êtres automatiquement ramené dans ce prisme auditionné par le multiculturalisme ambiant.

La Plume ouverte