Le Minjec en compagnie des jeunes ayant bébéficié du PTS-Jeunes à Buea

Cameroun – Buea : Le Minjec procède à une remise solennelle des équipements d’installation des jeunes bénéficiaires du PTS-Jeunes et ex-combattants

Dans le journée du Vendredi 30 octobre 2020, le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique (Minjec), Mounouna Foutsou, a présidé à une remise d’équipements d’installation des jeunes bénéficiaires du PTS (Plan Triennal Spécial) – Jeunes à Buea (dans la région du Sud-ouest). À son arrivée, le Ministre de la Jeunesse et de l'Education Civique est accueilli par le gouverneur de la région du Sud-Ouest qui suggère une visite du Centre National de Désarmement, de Démobilisation et de Réinsertion (CNDDR).

Rappelons que cette descente s’est effectuée dans le strict respect des mesures édictées par le Gouvernement et l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) face à la pandémie de Coronavirus (Covid-19). Le Minjec a été accueilli par ces pas de danse bien cadencés, les jeunes du CNDDR de Buea et parallèlement ex-combattants, qui ont exprimé toute leur joie de voir le Ministre de la Jeunesse et de l'Education Civique.

Notons que la crise dite anglophone qui sévit depuis près de 4 ans dans les régions du NOSO (Nord-Ouest et Sud-Ouest) au Cameroun, a causé de nombreux troubles de la part des séparatistes sécessionnistes. En effet, de nombreuses pertes en vies humaines et de nombreuses fuites ont également été enregistrées. Le Chef de l’Etat S.E. Paul Biya dans une mesure de ramener la paix et la réconciliation a instruit un Grand Dialogue National (qui s’est déroulé du 30 septembre au 04 octobre 2019 à Yaoundé), ceci dans le but de trouver des solutions face à cette crise dite anglophone.

De nombreux ex-combattants se sont ainsi désolidarisés de cette démesure sociétale et ont rejoint l’administration et les communautés dans cette lutte contre le terrorisme et les séparations. Le Minjec a ainsi pu les réinsérer à Buea avec le programme PTS-Jeunes.

La jeunesse s’ouvre au développement et à la réconciliation

L’exécution de l'Hymne National en anglais et en français par l'assistance a ensuite été entonnée pour marquer cette union entre les deux factions que compte linguistiquement le Cameroun. Dans son propos liminaire, le Ministre Mounouna Foutsou a félicité les ex-combattants et désormais pensionnaires du CNDDR pour avoir laissé les armes afin de s'aligner dans les rangs des acteurs du développement du Cameroun.

Les jeunes présents ont été attentifs aux propos du Ministre de la Jeunesse et de l'Education Civique. Après son propos, le Ministre de la Jeunesse et de l'Education Civique a fait un don symbolique aux jeunes du CNDDR de Buea.

L’engagement comme point de départ pour les jeunes de Buea

« Les jeunes sont aujourd’hui dans la confiance, parce-que cette promesse du Chef de l’Etat est de plus en plus concrète. Les jeunes sont déjà installés et aujourd’hui des milliers vont recevoir des financements à commencer par cette cérémonie. Donc ce que je leur demande, c’est ce qu’on leur a enseigné durant leur réarmement moral, civil et entrepreneurial à savoir d’être des patriotes, d’être engagés dans leurs projets, et pour ceux qui attendent, de rester optimistes et avoir confiance aux actions du Gouvernement.

Et surtout contribuer à la restauration de la paix parce-que les crises sécuritaires et sanitaires aujourd’hui ont impactés négativement la mise en œuvre du PTS-Jeunes. Et je me réjouis que à travers les chantiers de volontariat que les jeunes bénéficiaires du PTS-Jeunes ont réalisés pour la validation de leur réamorce, ils ont pu contribuer à leur manière dans cette lutte, donc il faudrait que d’autres aillent au champ et sur les chantiers de la sensibilisation, que ce soit contre la Covid-19 ou alors pour la restauration de la paix qu’ils soient des ambassadeurs de la paix dans leurs localités respectives. Et concourent à ce que nous ayons un environnement propice à la mise en œuvre de leurs projets ». A fini le Ministre de la Jeunesse et de l’Education Civique.

Odile Pahai


Communes du Cameroun : Le Maire de Yaoundé 6, Jacques Yoki Onana à la une

Le vendredi 23 Août 2018, la Mairie de Yaoundé 6, verra des activités bien élaborées de cette commune qui travaille pour le bon fonctionnement de sa commune et du bien-être de ses habitants. En effet, durant un mois, 300 jeunes stagiaires ont opérés des formations et des stages en apprentisage de diverses disciplines dans la commune de Yaoundé 6. Le jeune et dynamique Maire de Yaoundé 6, Jacques Yoki Onana suite au final de ces formations de jeunes, a organisé une soirée de célébration pour leur fin de stage et leur aura même réservé quelques surprises pour les plus méritants. De ce fait, les jeunes stagiaires ayant éffectués des formations et des travaux en tout genre pendant ces quatre semaines ont pu recevoir la somme de 40.000 francs CFA et un cadeau surprise à chaque élève ayant été reçu à l'exament du Baccalauréeat 2018. En parallèle l'inauguration de 30 boutiques au Marché Acacias à Yaoundé a également retenu l'attention des bénéficiares et des autorités présentes. La scène s'est déroulée en matinée aux environs de 11 heures avec le discours du maire et la coupre du ruban devant les boutiques nouvellement construites. Les commerçantes bénéficiaires en grande partie les femmes appelées "Bayam Sellam" sous des cris de joie on manifestées leurs contentement suite à l'annonce d'un délai de 3 mois avant le paiment de leur premier loyer communal.

Ayant invités les médias et les membres de la société civile pour cette évènement grandiose, la présence du Sous préfet et des adjoints s'est également faite ressentir lors de cette célébration de fin de stage, et d'inauguration de boutiques, face à toutes les expressions scéniques et les acclamations de la jeunesse présente. Les artistes invités et les interprêtes (pour la plupart des jeunes stagiaires) ont pu se délecter de l'acclamation du public et de l'argent en petites coupures offert par certaines autorités sur place pendant leurs performances. Toujours présent pour les populations de sa circonscription, Jacques Yoki onana n'hésite pas à se rapprocher de ses concitoyens afin palier aux désagréments causés par le manque d'infrastructures adaptées et adéquates. 

 

"Nous avons construit un pont derrière Mendong, à Nkomkana sur fonds propres.C'est un cours d'eau qui coupait le quartier en deux en saison pluvieuse: nous allons l'inaugurer le vendredi 31 Août 2018 et on aura le conseil municipal en second recours". Nous dira Virginie Lafleur 2 e Adjoint à la Mairie de Yaoundé 6. Les différents projets de la Mairie de Yaoundé 6 sont entrain d'être mis sur pied avec la construction d'autres boutiques semblables dans les prochaines semaines et de plusieurs autres activités communales dans le secteur de Yaoundé 6. Le Jeune et dynamique Maire de cette contrée de la ville aux sept collines, n'en a pas fini de surprendre et s'active au quotidien pour la bonne marche de cette structure administrative face aux doléances des populations. Comme il le soumet à chaque interview avec cette phrase fétiche : "l'action c'est maintenant", cet engagement circonspet se prévalant sans nul doute de ses acquis, demeure une réelle priorité face à toutes ces responsabilités qui l'engagent dans l'établissement de son mandat.

 


Cameroun : Tenor réussi un exploit en remplissant le Paposy ce 18 Août 2018

Du haut de ses 20 ans , le jeune rappeur Tenor encore surnommé "Fiang le way le Yamo", a réussi l'exploit de remplir la grande salle du palais des Sports de Yaoundé (Paposy) devenue mythique ce 18 Août 2018. Cet exploit survient après la polémique lancée sur les réseaux sociaux suite au concert de l'artiste congolais Fally Ipupa le 12 Mai 2018 toujours au Paposy. En effet, l'artiste invité par la marque de whisky "Ballantine's" se produit sur scène et fait salle comble avec le concept "True music Africa". Sur ce, les artistes Maahlox et Tenor décident de se lancer à la quête du Paposy par leurs propres moyens. C'est ainsi que le 26 Juin 2018, la scène de cette immense salle sera remplie les fans de "Maahlox le viber". 

Le jeune Tenor (de son veritable nom Mengoumou Ayia Thierry) dorénavant sociétaire de la maison de disque Universal music Africa, fera de ce concert national celui de tous ses fans dénommés les " ténorifiés". La présence de plusieurs artistes venues l'accompagner sur scène fut des plus phénoménales. C'est ainsi que l'on a vu se produite sur scène le grand Ghislain Dimaï, la sulfureuse Blanche Baily, la séduisante Nabila, l'inégalable Nyangono du Sud, l'inimitable Locko ou encore l'infatigable Petit Malo. 

La surprise de la soirée fut celle de l'apparition de Samuel Eto'o sur le grand podium. La foule s'est mise à crier son nom juste après que "Fiang le way le Yamo" ne fasse son apparition sur le podium avec le Maillot des Lions Indomptables et le nom de Samuel Eto'o gravé derrière ledit vêtement. Durant sa performance qui a durée à peu près deux heures, "Ebanflang" (sobriquet de l'artiste) interprétera des sonorités très connues du public telles que les chansons des artistes comme les têtes brûlées, André Marie Talla ou encore des sonorités du Makossa. Voulant démontrer son appartenance à son action pour la paix et la cohésion sociale, Tenor chantera pratiquement en duo avec tout ces artistes présents venus de toutes les régions du Cameroun. 

L'artiste ayant déjà deux albums à son actif (Ma philosophie en 2016, et Nnom Ngui en 2018) illuminera son micro avec les chansons comme "LVMH", "Alain Parfait (à l'imparfait)", "Bad Things", " Kaba Ngondo" ou encore la célèbre chanson " Do le dab "(dont la première dame du Cameroun madame Chantal Biya, esquissera même quelques pas lorsque d'une cérémonie de récompense musicale). Le 18 Août 2018 restera à jamais gravée dans l'histoire de la musique urbaine comme l'une des journées marquantes de l'amour du public pour ses artistes locaux, notamment celle de Tenor. 


Cameroun ; L'illustre sénateur réélu de l'UNDP Pierre Flambeau Ngayap et ses prochaines aspirations politiques

Le Cameroun dispose entre autres en son sein une multitude de formations politiques inhérentes, toutes liées celles-ci par un idéal de prérogatives précises et parfois conceptuelles. Dans cette disposition quasi stratifiée, ce pays d'Afrique centrale peut facilement rallier un parterre d'intellectuels venus de tout bords, et dont les probables ambitions peuvent parfois concourir à l'expression de leur vis à vis ou parallèlement d'impacter le peuple. Cette quête profonde et perpétuelle du leadership ou encore de l'accomplissement idéologique, a prévalue au Dr Pierre Flambeau Ngayap de se démarquer graduellement au sein de son parti politique l'UNDP (Union nationale pour la Démocratie et le Progrès). Sur ces entrefaites, il vient d'être réélu sénateur au sein de son parti l'UNDP. Le chef de l'État suite à la participation des élus municipaux à donc complétés la liste en finalisant les 70 candidats.

Le Dr Pierre Flambeau Ngayap participe actuellement au processus de paix lancé par le gouvernement camerounais il y'a une semaine pour le plan d'urgence dans les zones du NOSO (Nord-Ouest et Sud-Ouest). Récemment consulté pour pour la participation du parti à l'élaboration du budget 2018, le SG de l'UNDP a fait un suivi d'évaluation et de ce processus de restitution financière. Le budget vient effectivement d'atteindre les 1 milliard pour cette quête nationale. Le SG vient donc appeler les citoyens camerounais à y participer massivement. Portant de nombreuses casquettes à son actif, ce natif de l'Ouest Cameroun (né le 13 février 1953 à Bangoua, village voisin de Bayangam), a un parcours atypique et se retrouve en politique grâce à ses convictions personnelles. Ayant fait ses études primaires et secondaires dans la capitale politique Yaoundé, en 1972 (après l'obtention de son baccalauréat série D) le jeune intellectuel passe deux années à la faculté des sciences de l'Université de Yaoundé. Toujours dans sa quête du savoir, il s'envole ensuite pour la France (de 1976 à 1981) afin de poursuivre des études en Biochimie de nutrition, en pharmacie, en économie, en droit, en communication et enfin en sciences politiques.

Il obtiendra ainsi son titre de pharmacien chevronné. Sous cette bannière assez élogieuse, il se découvre également des talents d'auteurs dont il commettra son premier ouvrage en 1983 aux éditions L'Harmattan intitulé : Cameroun qui gouverne ? De Ahidjo à Biya : l'héritage et l'enjeu. Contraint de s'interroger sur le devenir de son pays d'origine et à agir en conséquence, monsieur Pierre Flambeau Ngayap décide en outre de créer son parti politique en 1991 à savoir : La Convention Libérale. Pierre Flambeau Ngayap, du démentiel honorifique à la haute chambre Dans son slogan récapitulatif ("faire autrement la politique ") pour une gestion équitable des données politiques, le président de la Convention Libérale décide malgré tout en 2002 de se joindre à l'UNDP de Bello Bouba Maïgari (parti politique originaire de la région du Nord Cameroun). Très actif au sein de sa nouvelle alliance, il gravit tour à tour les échelons et fini par devenir SG (secrétaire général) du parti.

Membre du comité central, cet auteur des premières heures du renouvellement politique au Cameroun, va conduire les listes UNDP aux élections municipales en cette même année, tout en prenant part aux élections législatives à Douala pour un mandat de député à l'Assemblée Nationale. Ayant occupé le poste de président de l'assemblée générale de l'ordre des pharmaciens du Cameroun de l'année 2000 jusqu'en 2006, le Dr Pierre Flambeau Ngayap squatte également le titre d'enseignant à l'Université des Montagnes (sis à l'Ouest du Cameroun). Ravivant minutieusement les relations entre le RDPC (Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais) et l'UNDP, cet homme politique invétéré et apprécié à souvent joué le rôle de négociateur entre ces deux formations politiques. Nommé sénateur, cet homme politique d'envergure multifonctionnelle va exceller diamétralement dans l'élaboration de l'application effective des projets de lois durant son mandat. Parmi ses ouvrages parus aux éditions L'Harmattan, on compte également celui sorti en 1999 qui a connu un grand succès dans le milieu intitulé : L'opposition au Cameroun : les années de braise. Dans ce livre fait de concessions purement descriptives, l'auteur interroge l'opinion publique, suite à la rencontre tripartite regroupant les 300 représentants des pouvoirs publics du 30 Octobre au 17 Novembre 1991 à Yaoundé.

En effet, il s'agissait entre autres de noter la participation des partis politiques, des pouvoirs publics et de la société civile. Le ton avait été clairement prononcé concernant l'avènement du multipartisme, et les quelques excès d'origines anarchistes qualifiés d'abjects du phénomène de "villes mortes". Le dernier ouvrage datant de 2017 intitulé : Le droit parlementaire au Cameroun (paru à L'Harmattan), va également amplifier cette démarche substantielle sur l'approche et l'élaboration des projets de lois à l'Assemblée nationale aux vues des attentes des citoyens camerounais. De nouveau réélu sénateur, Pierre Flambeau Ngayap dans ses projections propose une nouvelle approche pour les prochaines élections législatives et municipales au Cameroun pour son parti l'UNDP. Il compte organiser dans les jours qui suivent une assemblée avec tout les cadres du parti afin de prédéfinir les nouveaux idéaux du parti. Survoler une enseigne politique s'acquiert progressivement selon le SG Pierre Flambeau Ngayap Vivant sous le joug objectif de son accession à la chambre haute, ce personnage d'expression libre, n'hésite pas à informer l'opinion publique de l'actif dont il est responsable face aux attentes courue des citoyens camerounais. Déjà très connu dans l'univers médiatique, il aura été chroniqueur au journal "La Nouvelle Expression" de 1995 à 1998, et également au journal le "Messager" de 1999 à 2000. Se distinguant de part ses attributions professionnelles et nominatives, l'actuel secrétaire général de l'UNDP a notamment eu à inviter les leaders d'opposition, les hommes de médias, les personnalités publiques, ou encore des citoyens modèles à un banquet à l'hôtel Hilton de Yaoundé le 19 Juin 2017.

Durant cette rencontre d'échanges le Dr a éventuellement voulu présenter le bilan des 4 années de travail comme représentant du peuple. Il a été question en second recours de parcourir plus de 80 questions durant les 4 ans de son entremise corrélative entre son ascension dans la chambre haute et ses nombreuses initiatives dans le façonnement des lois camerounaises. Le chef de l'État du Cameroun son excellence Paul Biya ayant prorogé le mandat parlementaire en cette grande année électorale 2018, confie manifestement cette démarche dans le cadre de ce processus électoral enclenché il y'a quelques mois par les sénatoriales. L'UNDP qui reste néanmoins dans la course au palais d'Etoudi entend recourir à des stratégies directes de son auditoire, tel un flambeau de son accréditation au mouvement de démocratie et de progrès. D'où l'astate primordiale de l'apport du SG de l'UNDP Pierre Flambeau Ngayap.

Journaliste Web +(237) 699 91 54 64

Odile Pahai