La délégation d'Entrepreneurs Z en visite au MINJEC suite à sa participation à la finale Internationale du programme SCHULE Z à Rabat

Le Ministre de la jeunesse et de l’Education Civique MOUNOUNA FOUTSOU a reçu en audience la délégation d'Entrepreneurs Z, ce 30 mars 2022 en prélude à la participation du Cameroun à la Finale Internationale du Programme SCHULE Z à Rabat, qui va se dérouler du 31 mars au 05 avril 2022. Après les commodités d'usage, le MINJEC a parlé aux hôtes du jour des dispositions mises en œuvre par son département ministériel, notamment le Réamorce qui tend à davantage éveiller les consciences.

« Inculquer à nos populations en général et à nos jeunes en particulier, l'esprit entrepreneurial », a souligné MOUNOUNA FOUTSOU évoquant ainsi la créativité, l'innovation qui découlent de cet esprit. Ila par ces propos voulu donner de l’ampleur a leurs projets et leurs inculquer les notions de combat, d’abnégation et d’endurence pour les prochaines épreuves à venir. Il a ainsi donné son point de vue sur l’esprit combatif qui selon lui est nécessaire pour une bonne préparation car les jeunes deviennent d'excellents citoyens et des lions indomptables dans leurs domaines respectifs quand ils sont dotés de civisme et hargne.

Concernant les projets et programmes de son département ministériel le MINJEC a également évoqué le DIALYJ, en soulignant les efforts du Gouvernement pour toute la Jeunesse, y compris celle qui est hors du triangle national. Par ailleurs, le Ministre Mounouna Foutsou a évoqué les centres multifonctionnels de promotion des jeunes, antennes de l'Observatoire national de la jeunesse, véritables structures de proximité pour la Jeunesse. Ainsi les a-t-il encouragé à déployer plus d'efforts pour s'informer à propos de ce que fait le Gouvernement pour la Jeunesse.

Rappelons qu’Entrepreneur Z est une entreprise basée au Maroc qui exerce dans le coaching, l'éducation et la mise en relation de la diaspora. Selon la directrice, il est question « de partager les expériences avec nos pairs jeunes, qui peuvent impacter sur le développement du Cameroun. Il s'agit de trouver des pépites, des jeunes déterminés, qui travaillent ardemment pour développer leurs talents et se mettre à la disposition de leur pays. » Elle a ajouté qu'un problème majeur est que “les jeunes ne vont pas à la chasse de l'information, l'information essentielle” tandis que “l'administration répond présente lorsqu'elle est sollicitée.” Aussi leur initiative va chercher des jeunes talentueux.

Dominique Mouegnimeni a donné la description du mot SCHULE qui est l’École en Swahili et en allemand. Le programme est donc en droite ligne dans l'apprentissage des jeunes et l'innovation qui pourrait en découler. Elle a informé l'assistance que l'édition achevée a couvert les deux villes : Douala et Yaoundé. Le lycée technique de Douala Bassa est celui qui a été désigné vainqueur au bout de la compétition. “Les jeunes retenus ont été mis en équipe pour leur inculquer l'esprit du Team Building” a-t-elle ajouté.

Enfin en perspective, la responsable nationale indique que pour la prochaine édition, l'entreprise souhaite étendre la compétition à toutes les Régions. L'une des lauréates, élève en classe de Terminale CG, Pauline Ntombi, s’est largement exprimée sur le projet retenu pour cette présentation. En effet, le projet retenu est un bracelet pour des cas d'urgence. Dans des cas extrêmes, il suffit d'appuyer un bouton pour que les personnes enregistrées par la personne soient automatiquement contactées. “L'idée nous vient du Club entrepreneuriat du lycée. Dans ce Club, on développe habituellement des idées de projets.” Quand l'information est arrivée qu'il y avait un concours, il fallait trouver un projet novateur. “Ensuite, nous avons perdu un curé qui allait très bien la veille. Plus tard on a appris qu'il aurait eu un arrêt cardiaque et est décédé sans assistance. Aussi, se sont-ils lancés dans des recherches, avec “assiduité et application”.

Pour rendre plus pratique l'outil, il faut y installer des modules de géolocalisation, ce qui d'après la jeune élève est indispensable pour sauver davantage de vies, plus rapidement. En outre, les jeunes vainqueurs se sont vus octroyer des bourses d'étude totalement payées de durée de 5 ans chez un partenaire au Maroc, afin de se professionnaliser dans leurs domaines respectifs.

Dominique Mouegnimeni ajoute par suite qu'il est question de ramener cette expertise au Cameroun pour impulser le dynamisme de ces jeunes. C'est ainsi qu'elle indique dans son propos, que la lettre Z de “Entrepreneur Z” vient de la génération dite Z, qui est celle des jeunes qui entreprennent et qui font preuve d'un dynamisme remarquable. Le MINJEC a féléictée cette délégation camerounaise en leur souhaitant beaucoup de courage.

Odile Pahai