La lutte contre la corruption, le cyber-terrorisme et la criminalité financière au centre des attentions, lors de la 7ème édition de l’IICFIP au Cameroun

La corruption étant un fléau dévastateur dans les services, les administrations et même les pays, il est de bon ton que la société civile, les associations, les collectifs et bien d’autres instituts se mettent de concert pour lutter contre cette gangrène qui ralenti le développement et les mœurs dans le monde. A cet effet, la 7ème Conférence Mondiale de l’Institut International des professionnels Certifiés dans la Science Forensique (IICFIP) est organisée à Yaoundé du 19 au 21 juillet 2022 sis au Palais des Congrès. Cette édition est organisée sous le Très Haut patronage du Premier Ministre, Chef du Gouvernement de la République du Cameroun, S.E. Chief Dr Joseph DION NGUTE.

Le Gouvernement camerounais qui depuis plusieurs années s’est engagé dans cette lutte voit de plus en plus de citoyens adhérer dans cette mesure préventive qui sévit dans plusieurs secteurs d’activités. Cet institut arrive à point nommé dans ce combat qui se veut salutaire et a choisit cette thématique : « Nouvelles Perspectives de la science forensique dans le cadre de la lutte contre la corruption, le cyber terrorisme et la criminalité financière dans les pays ».

Les panels sont constitués des experts provenant de plusieurs pays en Afrique et même dans le monde. Les problématiques abordées sont en exemple : « la cybercriminalité : stratégie et politique » (développé par Mr PAGOU Prosper de l’ANTIC, le Dr ANYE Divine ou encore Mme EVINA Pierette du MINPOSTEL), « Cybersécurité : Implémentation » (dirigé par le CONSUPE, le MINPOSTEL, le MINFI, la CAMTEL…) ou encore « Cybercrimes et Enqupetes » (ex posé par la CONAC, le Dr Ali Joan BERI WACKA de l’université de Buea, ou encore le Dr Solomon JERE).

« J’étais très heureux de participer à la cérémonie d’ouverture de la conférence de la IICPIF, c'est-à-dire le groupe international qui se concerte avec la lutte contre la corruption. Mon Président, le Président Joe BIDEN a dit récemment que la corruption c’est un combat international, national des Etats-Unis, parce-que ça fait partie des risques de la sécurité nationale des Etats-Unis, et plutôt c’est quelque chose pour le développement des pays du monde auquel il fait face. Parce-que vraiment la lutte contre la corruption est primordiale, car les biens des personnes n’iront pas aux enfants ou aux personnes qui le méritent » A souligné l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun S.E. Christopher John LAMORA. 

Le Cameroun étant un pays de Droit, il use de la Loi N°2010/012 du 21 décembre 2010 relative à la cybersécurité et à la cybercriminalité au Cameroun. Aussi le 01 avril 2022, l’Assemblée Nationale du Cameroun a adopté la loi N02012/PJL/AN autorisant le Chef de l’Etat à procéder à l’ascension du cameroun à la Covention de Budapest (ladite convention a notamment été adoptée le 23 novembre 2021 à Budapest en Hongrie), ce qui servira à harmoniser et à moderniser les lois sur la cybercriminalité des Etats signataires.

Le Cameroun étant le premier pays bilingue où se tient cette conférence internationale, son action est multiforme car après le volet corruption, cybersécurité et cybercriminalité, il convient de dire que le Cameroun offre également son expertise sur le terrain avec les experts qui travaillent d’arrache-pied pour lutter contre ces féaux recurrents. La crise dans les régions du NOSO (Nord-Ouest et Sud-Ouest) et à l’Extrême-Nord ont permis au Cameroun d’accentuer la sécurité, afin de permettre aux populations de s’épanouir et de faire revivre la cohésion nationale et le vivre ensemble.

« Le monde entier fait face à plusieurs crises, nous avons la crise qui est causée par la guerre en Ukraine et en Russie, nous avons aussi le Covid-19 qui a affecté le budget de plusieurs pays, et on ne peut pas parler de développement sans parler de la lutte la corruption et la cybercriminalité et la corruption sous toutes ses formes. C’est pour cette raison que l’Institut IIPCSF organise cette 7ème conférence à laquelle nous regroupons les camerounais de l’extérieur venant de divers horizons dans le monde au Cameroun, ceci pour montrer ce que le Cameroun fait et apprendre aussi de ces pays de ces success story.

Cette initiative est organisée pour savoir comment ces camerounais venant de l’extérieur ont eu leurs success story et apprendre et partager notre expérience et avoir un Cameroun meilleur pour aller dans la même idéologie que notre Chef de l’Etat et prônée par le Premier Ministre Chef du Gouvernement. Nous voulons accompagner le Gouvernement dans la lutte contre la corruption, c’est cela l’objectif de notre institut. » A indiqué le Dr MOKUBE, Directeur Cameroun de l’IICFIP.

Parmi les Camerounais de l’extérieur, ceux du Canada ont été représentés par l’initiative « Cameroon Digital Boost » qui cette année va organiser la troisième édition en mettant en exergue les talents qui se démarquent et créent un impact dans ces divers domaines d’activités. Cameroon Digital Boost (CDB) est également là pour booster l’environnement du digital en impulsant les différentes expertises provenant de plusieurs pays et aussi d’offrir une occasion de proposer des solutions et de se frayer un chemin dans le digital par l’apprentissaage, la connaissance et de développement structurel.

Mené de main de maître par le Président du CDB Samuel Ervé MANDENG, cette initiative de développement mettra en relief pour cette troisième édition, les femmes qui osent, apportent une vision, et une plus-value dans la société et remettra également un prix spécial lors de la clôture de l’IICFIP.

Odile Pahai