Cameroun - Renouvellement des organes de base du RDPC : Lariviere MVOGO, la nouvelle tête pensante de la sous-section OJRDPC Wouri 3

Nouvellement élu à la sous-section OJRDPC Wouri 3 (dans la région du Littoral), Lariviere MVOGO, homme de culture et jeune entrepreneur dans le domaine des TIC (Technologies de l'Information et de la Communication), vise un meilleur dynamisme pour l'encadrement et le développement de son parti. Recemment entré en politique, ce jeune communicateur a pour leitmotiv de rassembler et de donner un souffle nouveau pour sa sous-section. 

Son parcours : C'est une nouvelle personnalité politique à wouri 3 (Logbaba 2 ) . La liste conduite par Justin Lariviere MVOGO est élue à la tête de la sous-section OJRDPC Wouri 3 (Logaba2 )alors que peu d'habitants le connaissaient il y a quelques mois. En devenant président de cette sous-section, il s'impose sur le devant de la scène politique de Douala et compte accompagner la nouvelle dynamique impulsée par le camarade Maire de Douala III Valentin Epoupa Bossambo par ailleurs président élu de la section RDPC à Wouri 3.

Dans un parti qualifié parfois de vieillissant, il est parmi ceux qui font figure d’exception.Intéressé par la chose publique depuis l’enfance, Lariviere MVOGO, 34 ans, cultive surtout son goût pour la politique par son engagement dans le social puisqu’il est aussi à la tête d’une Association de Jeunes Dynamiques à Douala 3. Il y découvre une culture où vie publique rime souvent avec corruption, misère,et ignorance. Il suit avec attention les l’actualité et à travers elle, il dit comprendre la nécessité d'être proche des gens, et de leur quotidien.

Ses missions. « Faire de la politique quand on est jeune, c'est une très belle école de la vie. On rencontre des personnes qui ont envie de changer la société. On apprend à défendre ses propres idées,mais aussi à rester à l'écoute de celles des autres. Il est aussi important d'être percutant et de comprendre le monde dans lequel on vit.

Il y a aussi tout un cheminement. Quand on va à un meeting la première fois, on est intimidé. Puis, on prend peu à peu la parole, et on finit par aller s'exprimer au pupitre qui est un peu l'archétype d'une certaine ascension »

Ma vocation. Il est entrepreneur par passion. « A l'avenir, je souhaite créer une entreprise dans l'économie sociale et solidaire afin de mettre en adéquation mes compétences et les valeurs que je défends. Je voudrais continuer à m'engager politiquement, mais par mon métier je souhaite aussi proposer une activité économique respectueuse des individus et de la planète. Dans l'idéal, je pense qu'il est souhaitable et possible de créer des synergies entre mes engagements, mes valeurs et mon activité professionnelle »

Son conseil. « Les jeunes sont souvent exclus ou ignorés comme potentiels candidats aux à certains postes. La politique est généralement considérée comme un espace pour les hommes expérimentés. Tout comme plus de participation féminine en politique profite à l'ensemble de la société, la présence des jeunes dans les postes de décision profite à tous les citoyens et pas uniquement aux jeunes.

Je conseille donc aux autres jeunes d'investir la vie politique : je le dit aux jeunes, il faut s'engager en politique. Il ne faut pas laisser les autres décider de ce que sera le Cameroun de demain ! Parce que le Cameroun de demain, c'est nous qui y vivront, donc c'est à nous de dire ce que nous voulons pour notre pays »

Odile Pahai