HAWA Zoé BITYEKI, experte en éducation financière

Education financière et autonomisation de la femme : La Tutelle au front pour gestion équitable

En phase avec l’expression libre et le développement du génie féminin, l’Association des Femmes du MINPOSTEL (Ministère des Postes et Télécommunications), La Tutelle, dans son archarnement et son vis-à-vis pour une meilleure autonomisation de la Femme axe ses activités sur l’épanouissement de cette dernière. Sous le haut patronage du Ministre des Postes et Télécommunications, Minette LIBOM LI LIKENG, la Tutelle a organisé une 6è causerie éducative le mardi 31 mai 2022, à la salle de conférence du bâtiment annexe dudit Mnistère à Yaoundé.

Plusieurs modules de formations ont été mis en exergues tels que :

- Education financière de la femme à son autonomisation ;

- Hygiène bio au féminin ;

- Fabrication de beurre de cacao et du matinal.

Ces modules de formations ont été dirigées par deux femmes de poignes, qui ont chacune exposées sur ces thématiques bien déterminées. Le premier concernant l’éducation financière et l’autonomisation de la femme a dument été exploité et présenté par HAWA Zoé BITYEKI, experte en éducation financière qui a mis ur le carreau différentes propositions de gestion pour les femmes.

« Cet atelier qui portait sur l’autonomisation de la femme a à travers l’éducation financière, visait à donner déjà aux femmes un éveil sur la culture de l’éducation financière qui est très important dans le processus d’autonomisation, parce-que souvent quand on parle d’autonomisation, les femmes voient juste l’entrepreneuriat, or avant même d’entreprendre, il faut déjà savoir gérer les revenus qui sont à votre disposition. Gérer son salaire, gérer les revenus qui viennent des autres activités, mais lorsqu’on se lance juste dans l’entrepreneuriat, et qu’on n’a pas les aptitudes de gestion, la conséquence c’est que les entreprises meurent très jeunes.

On fait face à des problèmes de gestion, de faillite. Donc l’ateleir d’aujourd’hui, globalement c’était vraiment pour apporter cet éveil aux femmes, leur donner les outils d’éducation financière comme la budgétisation, faire un budget, l’épargne, apprendre déjà à épargner pour atteindre ses objectifs de vie, à se constituer, l’épargne de secours pour les imprévus de la vie. Donc c’était vraiment une session d’éveil même sur les bonnes habitudes en éducation financière.

Nous avons un retour positif, parce-que ça fait depuis 2020 que nous avons eu la certification en tant que formatrice en éducation financière du SIGAG et de la Banque Mondiale, et nous avons accompagné beaucoup de femmes dans le cadre des programmes financés par des bailleurs internationaux ou des programmes de gouvernement, et il y’a un changement parce-que l’éducation financière c’est une éducation importante, et lorsqu’on est éduqué il y’a forcément un changement qui suit. Donc nous voyons les femmes être plus autonomes, avoir plus de productivité, initier, entreprendre et puis vous savez la femme est le vecteur de changement dans la société. Une femme qui est autonome financièrement est vraiment une valeur ajoutée au sein de sa famille, au sein de sa communauté et au sein de la nation. » A dit HAWA Zoé BITYETI.

En effet, un bon nombre de femmes de la Tutelle et d’autres administrations connexes ont également pris part à cette grande rencontre afin d’être édifiées. L’experte en éducation financière a axé son speech sur les 5 fondametaux pour la gestion efficace de l’éducation financière personnelle que sont :

- Vos valeurs ;

- Les entrées d’argent doivent être supérieures aux sorties d’argent ;

- Le budget votre meilleur allié ;

- Développer la culture de l’épargne ;

- Priviliégiez l’acquisition des acquis financier.

« Nous sommes toujours dans la mouvance, notamment du développement personnel de la femme, et avec l’accompagnement de Madame le Ministre des Postes et Télécommunications bien entendu, nous voulons que les femmes se rendent comptent du volet de l’éducation financière qui est très importante parce-que nous dison pour être une femme autonome, il faut avoir ces enseignements, ces aptitudes à savoir ‘’comment gérer’’ ? Parce-que la maîtrise de la gestion est la base de toute entreprise, de toute autonomisation.

Hors les femmes aujourd’hui ont ce volet de par notre culture, déjà de par notre environnement social qui nous est difficile à avoir à épargner, et l’épargne qui est la base de l’investissement et qui est à l’origine de l’entrepreneuriat. Aujourd’hui les femmes sont plus portées à être dispendieuses au niveau de la famille, au niveau des amis, au niveau de l’environnement social. Il est question pour nous de ramener de plus en plus la femme à prendre conscience de ce que l’organisation de ses revenus, l’organisation de tout ce qu’elle a capté comme ressources et la budgétisation même de l’appui qu’elle apporterait au niveau de la famille est très important dans tout ce qu’elle veut entreprendre. Elle doit avoir des objectifs de vie et à côté de ces objectifs de vie, elle doit se fixer des projections budgétaires.

Il est très important pour la femme aujourd’hui d’avoir toutes ces connaissances, pour savoir ce qu’elle peut devenir, comment elle peut transformer sa vie, comment elle peut transformer celle de ses proches, celle de la famille et celle de la sociéta toute entière. » A renchérit MUTLEN Pauline Cathérine Epouse BIKY, Directeur/ Experte en Gestion de la Politique Economique au MINPOSTEL et Présidente de la Tutelle.

Les deux derniers modules Hygiène Bio au féminin et la fabrication du beurre de cacao et du matinal a été présenté par Claudette NDZNGUE, Enseignante formatrice. Elle s’est attelée à présenter diverses méthodes de fabrication et de commercialisation des produits et ce de façon artisanale afin d’apporter un plus dans l’autonomisation de la femme. Ces séances se sont déroulées en direct avec des démonstrations pratiques et simplifiées.

« Nous avons retenu beaucoup de choses, d’abord que la femme doit être autonome, la femme doit créer, la femme doit participer au développement de son environnement, de sa famille. La femme doit épargner chaque jour, chaque semaine, chaque mois.

Nous avons aussi apris que nous devons éviter de vivre au-delà de nos moyens. Nous devons vivre par rapport aux moyens que nous avons. Nous allons aussi voir nos sœurs et éduquer nos sœurs par rapport à ce que nous avons appris ici, parce-que c’est nécessaire, ceci parce-que le stress et les AVC ne sont pas recommandables, donc allons également communiquer à nos sœurs qui ne sont pas venues, pour qu’elles soient aussi au même niveau d’éducation que nous par rapport à ce séminaire. » A indiqué NTSAMA ZANG Gisèle, Présidente de l’amicale des femmes de la CAMTEL.

Odile Pahai